Vaste campagne de vaccination contre la méningite sur le campus de Dijon

Une réponse face à l'épidémie de méningite qui a pour l'instant touché trois étudiants de l'Université de Bourgogne à Dijon. Deux d'entre eux sont morts. [Capture d'écran StreetView]

Trois étudiants de l'Université de Bourgogne à Dijon ont été atteints par une infection à méningocoques. Parmi eux, deux sont décédés : une jeune femme fin octobre et une autre mi-décembre. Le troisième cas «évolue favorablement», explique l'agence régionale de santé (ARS).

Face à cette situation, l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté démarre ce mercredi 4 janvier  une campagne de vaccination élargie contre cette épidémie de méningite. Au total, environ 30.000 étudiants sont concernés par cette mesure. La vaccination ne sera pas obligatoire, mais gratuite. Les «cas-contacts», c'est à dire le cercle restreint autour des trois malades (une quarantaine de personnes), ont déjà été vaccinés. 

A lire aussi : Alerte à l'épidémie de grippe

La méningite, c’est quoi ?

Selon l'Institut Pasteur, la méningite touche les enfants de moins de 5 ans, ou les jeunes adultes de moins de 25 ans. Fièvre, maux de tête violents, vomissements, raideur de la nuque ou encore fatigue font partie des symptômes. L'Institut précise également que «la gravité et le risque d’évolution rapide des infections à méningocoques imposent la mise en place d’un traitement antibiotique le plus rapidement possible. Le traitement s’effectue par voie intraveineuse et est poursuivi habituellement pendant quatre à sept jours». 

Les infections à méningocoque sont relativement rares en France, avec 469 cas en 2015, pour 53 décès, selon des chiffres de l’Institut national de veille sanitaire (InVs).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles