Bretagne : deux communes empruntent de l'argent à leurs habitants

Saint-Brieuc a pour projet d'investir l'argent emprunté dans des panneaux photovoltaïques. [Image d'illustration du projet sur la plateforme Collecticity.fr]

Grâce à une plateforme de financement participatif, deux communes de Bretagne ont pu financer des projets avec l'argent des locaux.

C'est la commune de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) qui a, la première, ouvert la voie à ce crowdlending (soit un «emprunt communautaire»), suivie par Langouët (Ille-et-Vilaine). Calqué sur le crowdfunding (financement communautaire), ces budgets participatifs, au départ destinés aux particuliers, intéressent aujourd'hui les villes.

A lire aussi : Budget participatif : les Parisiens ont voté pour leurs projets préférés

C'est via la plateforme Collecticity que les habitants de ces deux villes bretonnes ont pu prêter à leur commune. Elle propose aux collectivités de déposer des projets financés soit par des dons, soit par des prêts. Les participants sont par la suite remboursés avec un taux d'intérêt d'environ 2%, sur une période de maximum sept ans. 

Deux emprunts, deux réussites

La commune de Saint-Brieuc a demandé 8.400 euros pour pouvoir installer des panneaux photovoltaïques sur le toit d'un bâtiment communautaire de la ville. Langouët a, elle, emprunté 40.000 euros pour financer une étude concernant un projet d'habitat écologique. Trente-sept Langouëtiens ont investi pour un don moyen par personne de 1.081 euros, tout de même.

Les deux villes ont été surprises de l'engouement de la population pour ce moyen de financement. Les deux projets ont en effet été financés avant la fin du temps réglementaire. «Nous avons atteint notre objectif de financement dix jours avant le terme fixé», explique Daniel Cueff maire de Langouët, au Figaro.

Et si les habitants cofinancaient le budget de leur ville ?

Pour le président de Collecticity, Julien Quistrebert, ces réussites pourraient engendrer un nouveau type de financement qui ne passe plus par les banques mais directement par la communauté : «Pourquoi ne pas imaginer un module de vote pour arbitrer parmi les propositions budgétaires d'une ville? Ou même une campagne pour cofinancer le budget de sa ville?»

Sur le site de Collecticity, seuls quatre projets semblent, pour le moment avoir été lancés. La demande de dons pour l'aire de jeux de Routot (Eure) a échoué, et Don (Haute-Garonne) a encore 18 jours pour réunir les 2.325 euros qu'il lui manque afin de rénover l'église Saint-Sabin.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles