Le «Pixel Museum», premier musée permanent du jeu vidéo ouvre près de Strasbourg

Des musées du jeu vidéo et de la micro-informatique existent déjà ailleurs, aux Etats-Unis, au Québec, en Allemagne.[FREDERICK FLORIN / AFP]

Le premier musée permanent de France dédié aux jeux vidéo ouvre ses portes ce samedi 25 février près de Strasbourg et propose de raconter l'histoire du «10e art». Soutenu par la municipalité, le projet a nécessité 1,6 million d'euros d'investissement.

Le «Pixel Museum, musée du jeu vidéo, des loisirs connectés et de l'art vidéoludique», installé dans un ancien centre pour enfants handicapés à Schiltigheim, entend devenir la première initiative pérenne du genre en France. Jeux électroniques, d'arcade, éducatifs, informatiques, de société, consoles : le musée passe en revue plus de quarante ans d'histoire du dixième art à travers une dizaine de salles thématiques, des origines du jeu sur oscilloscope à «Pong», jouable sur grand écran.

A lire aussi : Les jeux vidéo entrent au Musée d'art moderne de New York 

Le musée propose une immersion complète dans cet univers de la culture populaire : salle d'arcade éclairée aux néons avec bornes et flipper, 250 machines, consoles, ordinateurs, photomontages, et aux murs des graffitis d'artistes locaux, en hommage aux super-héros et mascottes Sonic et Super Mario.

Raconter une histoire

«On ne veut pas en faire un musée de geek, on veut raconter une histoire», explique Mathieu Bernhardt, responsable de la communication du Pixel Museum à l'AFP. «Le musée démarre à Strasbourg, où le tube cathodique a été inventé par Ferdinand Braun, et se termine à Strasbourg».

Des musées du jeu vidéo et de la micro-informatique existent déjà ailleurs, aux Etats-Unis, au Québec, en Allemagne, mais il s'agit bien d'une première en France. Pour Sébastien Genvo, professeur à l'université de Metz et chercheur en jeux vidéos, il est «important d'avoir des logiques de conservation». Un musée montre que «les jeux vidéos ne sont pas seulement un objet technique», mais «un objet de mémoire à transmettre» et «qu'ils survivent indépendamment de leur âge», souligne-t-il.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles