La fondation GoodPlanet lance sa deuxième saison au Domaine de Longchamp

Entièrement rénové, le château abrite désormais les expositions de la Fondation Good Planet. Entièrement rénové, le château abrite désormais les expositions de la Fondation Good Planet. [© Adele Melice / Dodart]

La fondation GoodPlanet, que préside le photographe, réalisateur et écologiste français Yann Arthus-Bertrand, lance officiellement sa deuxième saison, au Domaine de Longchamp (16e). 

C'est un véritable havre de paix qui s'apprête à ouvrir ses portes au grand public ce samedi, installé dans le 16e arrondissement de Paris, à quelques pas des jardins de Bagatelle et de l'hippodrome de Longchamp. L'aboutissement d'un projet vieux de deux ans, porté par Yann Arthus-Bertrand, son équipe de la fondation GoodPlanet et une centaine de bénévoles.

Engagé et profondément «optimiste», le cinéaste «souhaite y promouvoir l'engagement écologiste et humaniste». «C'est la raison qui nous a conduit à ouvrir ce domaine, afin d'en faire un lieu de bienveillance dédié au développement durable et à la solidarité», explique-t-il.

yann2.jpg

Ce site exceptionnel sera inauguré samedi, en présence de François Hollande, pour sa dernière sortie officielle en tant que président de la République. La veille, vendredi, c'est Anne Hidalgo, la maire de Paris, qui y est attendue à l'occasion d'une «dernière visite de chantier».

Un site ouvert au public

Le domaine de trois hectares, à peine clôturé et entouré d'un cours d'eau, a été concédé à la fondation Good Planet par la ville de Paris, pour une durée de 30 ans. Une longue période que l'équipe de Yann Arthus-Bertrand est bien décidé à mettre à profit pour sensibiliser le public, dès le plus jeune âge, au enjeux climatiques et sociétaux.

Pour ce faire, un parcours a été imaginé dans le parc, le long duquel les visiteurs pourront participer à des animations et découvrir des ruches pédagogiques, une cabane à graines, un hôtel à insectes, un arbre nichoirs à oiseaux, une roseraie ou encore un espace de compost pédagogique.

ruches2.jpg

Accessible à tous (du mercredi au vendredi de 11h à 19h et les samedi et dimanche de 11h à 20h), le site a été pensé comme «un espace familial», où chacun peut venir passer du temps.

Un lieu d'exposition

Entièrement rénové, le château abrite désormais les expositions de la fondation, parmi lesquelles «Human», tirée du film de Yann Arthus-Bertrand. Cette oeuvre, constituée de plus de 120 interviews, a été co-réalisée avec Anastasia Mikova. Les images non utilisées dans le montage final (2.200 personnes ont été interrogées dans 65 pays) sont diffusés au premier étage du château.

human2.jpg

La musique y aura également toute sa place. Dans une salle imaginée sous les toits, plusieurs centaines d'instruments de tous les pays ont déjà trouvé leur place, rassemblés autour du thème «passeurs de sons». Dans une autre pièce, les visiteurs découvriront comment la musique du film «Human» a été réalisée, sous la direction du compositeur Armand Amar.

Enfin, les photos «vues du ciel» – grands classiques de Yann Arthus-Bertrand – sont à découvrir près du château, au côté d'expositions éphémères qui s'y succèderont tout au long de l'année. Jusq'au 15 septembre par exemple, une exposition de «poissons recyclés» – réalisée par les étudiants de l'école des arts graphiques de la ville de Paris EPSAA – a été installée.

poissons2.jpg

Un espace de réception

Une «clairière» – capable d'accueillir 2.000 personnes pour des concerts et autres événements privés – a été aménagée derrière le château. Grand spécialiste de l'événementiel, c'est le groupe Noctis qui a l'usufruit de cet espace, qu'il pourra louer à des particuliers pour des soirées exceptionnelles.

Ce week-end, c'est également là que battra le coeur de l'inauguration. Des rencontres entre des associations et des acteurs solidaires ou issus du monde de l'économie collaborative y sont prévus. Et des artistes engagés tels que Zazie, Her ou encore Camelia Jordana, y sont attendus dès 19h30, pour une performance inédite.

Vers de nombreux projets...

Si le week-end inaugural s'annonce déjà très chargé, le domaine de Longchamp n'a pas fini d'évoluer. En 2018, de nombreux projets sont déjà en cours, avec la création d'un grand potager solidaire, ou encore la rénovation de la tour, sur le même principe que celle du célèbre festival américain «Burning man», aux pieds de laquelle chacun est invité à déposer ses peines. Un «pavillon de l'alimentaiton durable», imaginé avec le chef Alain Ducasse et le groupe Elior, doit également voir le jour. 

A noter que le site fonctionne grâce au don, avec un principe : «Décidez vous-même du prix de votre billet d'entrée». L'entrée est donc gratuite mais des bornes de dons seront mises en place. Elles permettront – grâce au paiement sans contact notamment – de soutenir les projets de la fondation.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles