Présidentielle 2017 : le programme de Nathalie Arthaud

Nathalie Arthaud se présente à l'élection présidentielle de 2017 pour le parti d'extrême-gauche Lutte Ouvrière. [SEBASTIEN BOZON / AFP]

Enseignante agrégée d'économie et de gestion, Nathalie Arthaud est la candidate de Lutte ouvrière (LO) à l'élection présidentielle de 2017. Héritière de l'emblématique Arlette Laguiller, c'est la deuxième fois qu'elle se présente à la candidature suprême. 

En 2012, lors de sa première participation au scrutin présidentiel, elle était arrivée avant-dernière au premier tour avec 0,56 % des suffrages exprimés (juste devant Jacques Cheminade qui avait obtenu, lui, 0,25 % des voix).

Un score nettement inférieur comparé à ceux de sa prédécesseur, Arlette Laguiller, qui, candidate à six présidentielles entre 1974 et 2007 avait dépassé la barre des 5 % des voix en 1995 et 2002.

Le message de Lutte Ouvrière n'a pourtant pas varié. Souhaitant «faire entendre la voix des travailleurs et de tous ceux qui sont étranglés par le grand capital», comme elle l'a d'ailleurs répété lors du grand débat entre les onze candidats le 4 avril dernier, Nathalie Arthaud accorde ainsi une place centrale à l'économie et plus particulièrement à la lutte contre le capitalisme. La candidate n'héiste ainsi pas à se dire «fière» d'être la seule représentante communiste révolutionnaire à l'élection. 

Interdiction des licenciements et transparence totale des comptes des entreprises

Très offensive contre le patronat, Nathalie Arthaud souhaite d'abord interdire les licenciements et les suppressions d’emplois, en commençant, selon ses propres mots, «par les entreprises qui font des bénéfices». La candidate veut également imposer la transparence totale des comptes des entreprises ainsi que lever le secret bancaire et le secret des affaires. 

Réduction du temps de travail et retraite à 60 ans

Comme Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud souhaite aussi réduire le temps de travail. Mais, contrairement au candidat de la France insoumise, qui envisagerait la semaine de travail hebdomadaire à 32 heures, Nathalie Arthaud ne précise pas à combien d'heures elle souhaiterait porter la semaine de travail. Elle prévoit aussi le retour de l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans et la réduction de la durée de cotisations à 37,5 annuités.

Augmentation générale des salaires et suppression de la TVA

La communiste déclare également vouloir «augmenter les salaires et les pensions de 300 euros» et souhaite en outre fixer le smic à 1800 euros net mensuels. Elle veut aussi instaurer un montant minimum de retraite qui serait équivalent à ce smic. Mais Nathalie Arthaud va encore plus loin et souhaite même supprimer la TVA, un impôt qu'elle qualifie d'«injuste» et indique qu'il faudrait «faire reposer la fiscalité exclusivement sur les profits du capital».

Encadrement des loyers dans le privé et interdiction des expulsions locatives

Reprenant les chiffres de la Fondation Abbé-Pierre, Nathalie Arthaud se prononce en faveur de la construction «d'au moins 500.000 logements neufs par an». La candidate LO veut également interdire les expulsions locatives, encadrer les loyers dans le parc immobilier privé, et de réquisitionner les logements vacants.

La «transparence totale» de la vie politique et une refonte des institutions 

L'intransigeance de la candidate communiste se retrouve également dans la vie politique et les institutions. Nathalie Arthaud qui souhaite des élus «révocables à tout moment par les électeurs», veut une transparence totale de la vie publique. Ainsi, toutes les informations concernant les revenus et le patrimoine des élus «doivent être publiques et accessibles à tous».

La candidate souhaite également aligner le salaire des élus sur celui d'un travailleur qualifié et permettre aux citoyens de participer aux tâches administratives de police et de l'Etat.

Gratuité des soins de santé et création d'un service public de la dépendance

Un autre grand cheval de bataille de Nathalie Arthaud est la gratuité des soins médicaux. Une dépense qui représente près de 200 milliards d'euros par an et qui serait financée par «les grands groupes industriels, en particulier pharmaceutiques et de la finance», qui seraient taxés car ils «regorgent d'argent». 

Nathalie Arthaud souhaite également créer un service public de la dépendance et veut reconnaître le statut d'affection longue durée pour la maladie de Lyme. Par ailleurs, en matière de santé publique, Nathalie Arthaud se dit «favorable à la dépénalisation du cannabis». 

Régularisation de «tous les sans-papiers» et arrêt des opérations militaires françaises à l'étranger

Souhaitant «supprimer les frontières», Nathalie Arthaud veut permettre aussi la liberté de circulation et d'installation de tous les migrants. Dans le même ordre d'idée, la candidate souhaite régulariser tous les sans-papiers. 

Si elle arrivait au pouvoir, Nathalie Arthaud voudrait également sortir la France de l'état d'urgence décrété après les attaques terroristes de 2015. Son programme mentionne également l'arrêt total des opérations militaires françaises en Afrique et au Moyen-Orient.

Une application stricte de la laïcité

Nathalie Arthaud ne souhaite pas «l’interdiction des religions», mais milite pour une laïcité stricte. La religion doit donc, pour la candidate, rester dans la sphère privée. Concernant le voile, la candidate y voit un symbole d'oppression des femmes. Toutefois, elle se dit opposée à son interdiction à l'université.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles