Mathématiquement, Marine Le Pen pourrait gagner au second tour

Le phénomène de «l'abstention inavouée» pourrait profiter à la candidate frontiste. [Martin BUREAU / AFP]

Serge Galam, physicien, chercheur au CNRS et membre du Cevipof (centre de recherches politiques de Sciences Po), avait pronostiqué la victoire du Brexit et de Donald Trump grâce à un calcul mathématique.

En l’appliquant au second tour de la présidentielle, il estime qu’une victoire de Marine Le Pen peut encore avoir lieu. Un scénario rendu possible par «l’abstention inavouée», un phénomène difficilement quantifiable. Et pour cause puisqu’il concerne ces électeurs qui vont s’abstenir au second tour mais n’osent pas l’avouer publiquement.

Serge Galam, interrogé par BFMTV ce mercredi 26 avril, donne ainsi un exemple : «si Marine Le Pen obtient 42% des voix, ce qui n’est pas impossible, contre 58 pour Macron, normalement elle perd l’élection. Mais si 90% des gens qui ont dit qu’ils votaient Le Pen le font, et que dans le même temps seulement 65% des gens qui annonçaient qu’ils allaient voter Macron le font effectivement, c’est alors Marine Le Pen qui gagne l’élection avec un score de 50,07%».

Très grand risque de l'abstention

Pour appuyer son calcul mathématique, le chercheur relève que l’abstention risque d’être particulièrement élevée au second tour, en témoigne le hashtag qui se propage depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, #sansmoile7mai.

Un risque abstentionniste d’autant plus important que de nombreux électeurs vont soutenir le candidat d’En Marche! uniquement pour faire barrage à Marine Le Pen alors qu’ils sont en désaccord avec son programme. «C’est donc contre leur gré et leur éthique politique qu’ils vont voter Macron le 7 mai. Il va leur falloir avaler une grosse pilule amère le jour du vote», analyse Serge Galam. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles