Les pires chansons de la campagne présidentielle

La campagne présidentielle inspire les artistes en herbe. [SeptimeSévère]

(Article écrit le 18 avril 2017) Alors que la campagne présidentielle a officiellement débuté et que les clips de campagne ont été dévoilés, les partisans de tel ou tel candidat cherchent à exprimer leur soutien de toutes les manières possibles. Et souvent, en chanson.

«En Marche, ça Marche», par Ginger L

Dévoilé le 8 avril, «En Marche, ça Marche» joue sur le slogan d'Emmanuel Macron. On doit ce titre à Ginger L, une chanteuse peu connue qui sévit sur YouTube, et qui brille par ses talents de parolière : «Oui, en marche, ça marche, pour moi et toi. Comment ça marche ? Viens prendre le train en marche, car toi et moi, ensemble, ça marche pour nous». Le tout, dans une voiture. En marche, mais assis.

«J'veux faire des poutous à Philippe Poutou», par Filip Flatau

Une chose est sûre : sur Internet, la star de la campagne, c'est bien Philippe Poutou. Les parodies, mèmes et autres contenus en l'honneur du candidat du NPA se multiplient sur le Web. Ici, on a droit à une véritable déclaration. «J'veux faire des poutous à Philippe Poutou, lui faire du voudou, lui faire les yeux doux». On espère que le message est passé.

«Philippe Poutou», par SeptimeSévère

Philippe Poutou façon PNL, il fallait oser. Une chose est sûre : le candidat, qui a souvent recours à l'humour pour ses clips de campagne, a de quoi puiser sur YouTube.

«L'hymne de la France Insoumise», par Thomas Gaëtan

Moins de second degré, mais toujours assez amusant : «L'hymne de la France Insoumise» reprend l'air de la célèbre chanson de Tryo, «L'hymne de nos campagnes» en faveur de Jean-Luc Mélenchon. Le titre en profite pour envoyer quelques piques aux autres candidats : «Eh, socialo, faut faire la part des choses, il est grand temps de faire une pause, de jeter la rose qui se nécrose, d'envoyer valser la sinistrose».

«À fond avec Fillon», par TIRAILLEURS2017

Chanter son soutien à François Fillon... en reggae. Personne n'y avait pensé, mais c'est maintenant chose faite. «À fond avec Fillon» reprend l'air de «Get Up Stand Up» de Bob Marley, qui, s'il était encore en vie, aurait probablement eu son mot à dire sur ce titre.

«Frexit Reggae», par Jean-Jacques Mazur

Le reggae serait-il le genre musical de la campagne ? Même François Asselineau y a droit, avec «Frexit Reggae» qui chante les bienfaits d'une sortie de la France de l'Union Européenne. «Sortir par l'article cinquante, le choix d'être libre en France...». Rien d'étonnant, puisque c'est là l'une des propositions phares du candidat de l'UPR.

«Hamon Hamon», par Del Chinco Enrico

Ce titre en soutien à Benoît Hamon ressemble plus à une déclaration d'amour qu'autre chose : «Hamon Hamon, ah mon amour, Hamon Hamon, ah mon héros... Tu seras mon président, tu seras mon amant».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles