Combien va gagner François Hollande lors de sa retraite ?

François Hollande le 7 février 2017, après sa rencontre avec le président palestinien. [STEPHANE DE SAKUTIN / AFP]

Le 14 mai 2017 s'achèvera le mandat de François Hollande. À 62 ans, le futur ex-président sera donc à la retraite et Emmanuel Macron prendra sa place. Mais combien touchera-t-il ?

François Hollande rejoindra le club des anciens présidents de la République, où l'on trouve actuellement Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Lors de sa retraite, il devrait cumuler quatre indemnités différentes.

Selon les calclus du Figaro, il devrait ainsi au minimum toucher 15.000 euros mensuels. L'article 19 de la loi du 3 avril 1955 lui permet en effet de toucher une dotation égale au montant d'un conseiller d'État, qui s'élève à 5.164 euros net mensuels. En tant qu'ancien député de Corrèze, il recevra une deuxième indemnité de 6.208 euros net, et 3.473 euros net en tant qu'ancien conseiller de la Cour des comptes. Pour son ancien poste d'ancien président du conseil général de Corrèze, il touchera également 235 euros par mois.

De plus, si François Hollande souhaite siéger au Conseil constitutionnel, il touchera une première indemnité de 14.000 euros bruts par mois. Cependant, il avait déjà exprimé son souhait de ne pas tenir cette position.

Quels avantages pendant sa retraite ?

L'ancien président de la république conservera quelques avantages : un garde du corps à vie, une voiture de fonction avec deux chauffeurs, et un bureau mis à sa disposition pour son secrétariat.

Mais ces privilèges ont nettement été réduits par le président sortant. Grâce à un décret d'octobre 2016, les anciens présidents n'ont le droit à une équipe de sept collaborateurs que pour cinq ans, contre dix ans auparavant. Au bout des cinq années, cette équipe sera réduit au nombre de trois. Ils perdront également leur accès illimité et gratuit à la SNCF

10 millions d'euros par an pour les anciens chefs d'Etat

Ces mesures voulues par François Hollande permettront de réduire le coût des anciens présidents, qui, selon le député PS René Dosière, s'élèverait actuellement à dix millions d'euros par an : 3,9 millions pour Valéry Giscard d'Estaing, 3,3 millions pour Nicolas Sarkozy et 2,4 millions pour Jacques Chirac.

Ce chiffre exorbitant ne prend pas en compte les indemnités mensuelles d'ancien président, ni, dans le cas de Valéry Giscard d'Estaing, sa rémunération due à son siège au Conseil constitutionnel : il ne s'agit que des frais matériels. Réduire ces dépenses semble d'autant plus urgent maintenant qu'Emmanuel Macron accède au pouvoir. S'il ne se représente pas pour un second mandat, ou n'est pas réélu, il touchera sa retraite à partir de 44 ans.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles