Ils construisent un mur pour empêcher la création d'un centre d'accueil de migrants

Des riverains dénoncent la façon dont le projet a été mené. [© Capture Facebook / Collectif Séméac]

Un collectif d'habitants de Séméac, près de Tarbes (Hautes-Pyrénées), a construit un mur devant un hôtel de la commune, dans la nuit de dimanche à lundi, afin d'empêcher sa transformation en centre d'accueil pour migrants.

Ainsi, ce lundi matin, l'accès à l'établissement en question, un hôtel Formule 1, était bloqué par une structure de dix-huit mètres de long pour 1,8 mètres de haut. Avec ce mur érigé sur le terrain d'un particulier, «en toute légalité avec toutes les autorisations nécessaires», selon eux, les membres du collectif Séméac entendent ainsi empêcher la création d'un lieu d'hébergement des migrants.

Ils estiment en effet que le centre serait situé «dans une zone pavillonnaire», et que le projet a été mené dans «l'opacité», «sans aucune concertation» avec la population locale et dans «la précipitation». De plus, le responsable du Collectif Séméac, Laurent Teixeira, souligne que «rien n'est prévu pour la vie au quotidien des migrants et des habitants de la commune. Et les structures municipales, comme les cantines et écoles, sont sous-dimensionnées».

L'hôtel Formule 1, qui peut accueillir jusqu'à 85 clients, a été racheté dans cette optique par une filiale de la Caisse des Dépôts (la SNI). Comme soixante-deux autres établissements de ce type en France. Et le changement de gestionnaire, au profit de la société Adoma (ex-Sonacotra) devait avoir lieu ce mardi. Les premiers demandeurs d'asile, dont une partie d'enfants, devaient arriver le 2 août.

«En parallèle des éventuelles actions juridiques que les uns ou les autres pourraient engager», la préfecture des Hautes-Pyrénées va organiser une réunion dans ses locaux vendredi, en présence notamment des opposants au projet, pour tenter de débloquer la situation.

Les autorités ont néanmoins précisé ce mardi que «aucun trouble à l'ordre public n'est pour le moment engendré» par le mur. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles