Un an après, la France a rendu hommage au père Hamel

[CHARLY TRIBALLEAU / AFP]

La messe d'hommage au père Jacques Hamel, assassiné il y a un an par deux jihadistes dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, s'est déroulée dans une ambiance de recueillement et de solennité mercredi en présence du président Emmanuel Macron.

La cérémonie, célébrée par l'archevêque de Rouen Dominique Lebrun, a débuté par un long silence à 9h précises, heure à laquelle le prêtre octogénaire avait commencé à dire sa messe le 26 juillet 2016, devant cinq personnes. Son assassinat avait bouleversé le pays de nouveau frappé par un attentat jihadiste, douze jours après celui de Nice.

«Aujourd'hui nous faisons mémoire d'un père qui continue de veiller sur nous», a déclaré le prélat au début de la cérémonie. «Non la haine n'a pas triomphé et elle ne triomphera pas», a-t-il poursuivi. Dans des conditions très strictes de sécurité, le président Macron est arrivé juste avant la messe. Il avait été précédé par le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

D'autres personnalités politiques sont présentes comme Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, Valérie Fourneyron, ex-ministre des Sports ou encore Sébastien Lecornu, secrétaire d'Etat à la Transition écologique, tous trois anciens élus de la région. Plusieurs centaines de personnes ont aussi assisté à l'office retransmis sur écran géant à l'extérieur de la petite église du XVIe siècle.

Des représentants normands du Conseil français du Culte musulman (CFCM) ont également fait le déplacement, de même que quatorze membres de la famille de Jacques Hamel. Après la messe, une stèle républicaine en hommage au prêtre, grand disque en inox où sont gravés les articles de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, érigée sur un côté de l'église, a été dévoilée par le président Macron.

Les assassins du père Jacques Hamel, il y a un an, ont «échoué» à «exacerber la peur des Français» et «la soif de représailles», a affirmé le président de la République en rendant hommage au prêtre octogénaire. La solidarité exprimée après cet attentat jihadiste a rappelé «à tous les Français que la République n'est pas le règne du relativisme» selon le chef de l'Etat.«"Au coeur de nos lois et de nos codes forgés par l'Histoire, il est une part qui ne se négocie pas, une part sur laquelle on ne porte pas la main, une part, j'ose le mot, sacrée. Cette part, c'est la vie d'autrui», a-t-il ajouté.

Mgr Lebrun célébrera en fin de journée une messe en la basilique de Bonsecours, sur les hauteurs de Rouen, avant d'aller prier sur la tombe toute proche de Jacques Hamel, enterré dans le carré réservé au clergé de ce cimetière paysager, en bord de Seine. Si le bilan humain n'est en rien comparable à celui de la Promenade des Anglais, l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, hautement symbolique d'un point de vue religieux, a eu un retentissement énorme.

Jacques Hamel devrait être béatifié par le Vatican, en tant que martyr, par une procédure accélérée. Le pape François a en effet demandé que le délai de cinq ans imposé entre la mort et le début du procès en béatification, ne soit pas appliqué dans son cas.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles