Selon une étude, les Français ont une relation intime avec leur téléphone

Au sein de la population française, les jeunes adultes (18-34 ans) semblent être la population la plus attachée à son smartphone. Au sein de la population française, les jeunes adultes (18-34 ans) semblent être la population la plus attachée à son smartphone.[© CNEWS Matin]

En 2017, trois Français sur quatre sont équipés «de ce qui est désormais bien plus qu'un téléphone», selon une étude de l'Observatoire Big Ben Connected. L'occasion de revenir sur cette relation très intime qui lie les Français à leur smartphone.

Le spécialiste français des accessoires high-tech a en effet voulu comprendre quel était le lien des Français avec cet outil du quotidien et plus particulièrement pendant leurs congés d'été, «propices à l'observation des comportements smartphoniques».

Seuls 13 % des Français admettent consulter leur téléphone plus de cinquante fois par jour. Un pourcentage qui passe à 27 % si l'on s'adresse aux 18/34 ans. Mais pour l'Observatoire BBC, c'est largement sous-estimé, voire un «déni». «Les Français – toutes consultations confondues – consultent leur smarthpone en moyenne 221 fois par jour» selon Tecmark.

Une part bien réelle de l'intimité

Pour la plupart des Français, le smartphone «est majoritairement un outil de mémoire» (43 %) et «un assistant de vie quotidien» (39 %). Ils sont également 43 % à reconnaître qu'il représente «d'abord une réelle part de leur intimité». Un pourcentage qui monte à 47 % chez les femmes.

Aussi, 39 % des Français «confient» des informations intimes à leur smartphone, qu'ils ne partagent pas avec leurs proches. Et ce sont d'ailleurs les hommes qui se montrent les plus cachotiers (près de 43 % pour les hommes contre 37 % pour les femmes).

Or, s'il existe un déni sur la fréquence d'utilisation, les Français sont par ailleurs conscients de l'importance du smartphone pour l'ensemble de ces rôles.

L'incontournable des souvenirs de vacances

Pour 67 % des Français, le téléphone est l'objet «à ne pas oublier pour photographier et filmer» ses vacances. C'est notamment le cas pour les 18-34 ans (près de 75 %), un peu moins pour les 35-54 ans (près de 69 %) et beaucoup moins pour les plus de 55 ans (près de 56 %).

D'ailleurs, le smartphone sert de véritable «disque dur externe», car selon l'étude, «plus de 75 % des Français ne sont pas en mesure de se souvenir du numéro des dix personnes qui leur sont les plus proches».

Rien d'étonnant donc que près de 63 % des Français se sentiraient «dépourvus, anxieux voire carrément en panique» lorsque leur smartphone est cassé. Un pourcentage plus élevé chez les femmes (67 %) que chez les hommes (57 %), ainsi que plus élevé chez les jeunes (69 %) que chez les plus de 55 ans (56 %).

Pour le docteur Laurent Karila, spécialiste des addictions comportementales, on ne peut pas non plus parler d'addiction mais «plutôt d'un hyper usage». Pour ne pas tomber dans la nomophobie («angoisse d'être déconnecté»), il faut «apprendre à contrôler et gérer son temps avec ce doudou virtuel».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles