Bruno Le Maire dévoile des réformes pour augmenter le pouvoir d'achat des Français

Bruno Le Maire a rappelé que le gouvernement supprimerait en 2018 les cotisations salariales sur le chômage et la maladie payées par les salariés. [STEPHANE DE SAKUTIN / AFP]

Invité de la matinale de RTL, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, a dévoilé trois mesures qui auront «directement un impact sur la vie quotidienne des Français».

Le ministre a dit «comprendre parfaitement» l'impatience des Français, alors que la côte de popularité d'Emmanuel Macron ne cesse de baisser dans les sondages d'opinion. Selon Bruno Le Maire, «le seule réponse, c'est l'action immédiate».

Ainsi, le ministre a rappelé que le gouvernement supprimerait en 2018 les cotisations salariales sur le chômage et la maladie payées par les salariés. Par ailleurs, «nous ne toucherons pas à la fiscalité de l'épargne salariale», qui n'est pas soumise à l'impôt sur le revenu, a-t-il assuré. 

Le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) sera tranformé en allègements de charges pour les entreprises en 2019. Cela permettra d'augmenter d'un milliard d'euros la réserve de participation pour les salariés, et ainsi d'améliorer leur rémunération, a indiqué Bruno Le Maire. «Ça va produire une plus grande profitabilité pour les entreprises et ça va augmenter la réserve de participation pour les salariés, c'est-à-dire la part du bénéfice qui va aux salariés parce qu'ils ont bien travaillé, parce qu'ils se sont engagés pour l'entreprise», a expliqué le ministre.

«Ça revient aux salariés, ça restera aux salariés»

«Nous estimons que ça représente environ un milliard d'euros qui seront redistribués directement aux salariés.» Interrogé sur la possibilité que les entreprises choisissent plutôt d'utiliser cette réserve pour investir, le ministre a déclaré qu'elles auraient «d'autres moyens d'augmenter leur investissement», puisque le gouvernement prévoit de baisser l'impôt sur les sociétés dès janvier 2018.

«Ça revient aux salariés, ça restera aux salariés», a insisté Bruno Le Maire. La transformation du CICE en allègements de charges pérennes était ces dernières années une revendication du patronat. Mais durant la campagne présidentielle, les organisations patronales se sont inquiétées de voir avec cette bascule leur compte de résultat augmenter, et du coup voir gonfler leur impôt sur les sociétés.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles