Attaque de militaires à Levallois-Perret : le suspect mis en examen

Hamou B., un Algérien de 36 ans, a été grièvement blessé par balle lors de son arrestation.[STEPHANE DE SAKUTIN / AFP]

Le suspect de l'attaque contre des militaires à Levallois-Perret le 9 août a été mis en examen mardi soir par un juge d'instruction antiterroriste, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Hamou B., un Algérien de 36 ans grièvement blessé par balle lors de son arrestation et toujours hospitalisé en région parisienne, n'a toujours pas pu être interrogé par les enquêteurs. «Il n'a fait qu'une brève déclaration spontanée» devant le juge à l'hôpital, a précisé la source. Il fait l'objet d'un mandat d'un dépôt.

Six militaires de l'opération Sentinelle avaient été blessés, dont trois sérieusement, par l'assaillant présumé qui se trouvait au volant d'une BMW. 

Deux téléphones analysés

François Molins, le procureur de la République de Paris, avait annoncé que les analyses de deux téléphones portables avaient montré que le suspect avait développé, peu avant l'attaque, des velléités de départ en Syrie.

Ces analyses ont «mis en évidence sur les tout derniers mois des recherches et consultations sur Internet», notamment à propos de billets d'avions Paris-Istanbul pour début septembre 2017, de la région d'Idleb en Syrie, en partie contrôlée par des groupes jihadistes, ou de «la légitimité dans la religion musulmane de tuer des musulmans ou (...) des mécréants», avait déclaré le procureur.

 

Selon François Molins, «il apparaît qu'Hamou B. aurait été proche du mouvement fondamentaliste Tabligh - en français : Association pour la prédication, mouvement qui prône une vision ultra-rigoriste, littérale de l'islam». Hamou B. aurait notamment participé «en 2013 et 2014 à une campagne de propagande organisée par ce mouvement».

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles