Une nouvelle campagne d'affichage de Robert Ménard fait scandale

Robert Ménard, un habitué des polémiques. [SYLVAIN THOMAS / AFP]

Une femme étranglée par un homme, sous l'inscription «l'Etat étrangle nos communes». La nouvelle campagne d'affichage lancée par le maire de Béziers, Robert Ménard (proche du Front National), a suscité de vives réactions, notamment celle du préfet de l'Hérault.

Ce dernier, Pierre Pouëssel, a ainsi estimé que cette affiche est «scandaleuse». «Elle exalte la violence et la haine, a-t-il ajouté. Par son graphisme, elle rappelle des propagandes d’un autre temps qui ont fini dans les poubelles de l’Histoire. En bref, elle contient tous les ingrédients d’un populisme de caniveau que le maire de Béziers cultive sans vergogne.»

Le dessin mettant en scène une femme violentée a également provoqué des réactions, notamment du Mouvement des Jeunes Socialistes de l'Hérault. «À banaliser encore plus qu’ils ne le sont déjà les comportements de violences et de domination des hommes envers les femmes, cette campagne est complice de ces derniers», a écrit le MJS dans un communiqué. De nombreux internautes ont également réagi. 

Robert Ménard, habitué des polémiques, avait notamment mis en place des affiches anti-migrants dans sa ville en octobre 2016. «Ca y est, ils arrivent... les migrants dans notre centre-ville. L'Etat nous les impose», pouvait-on y lire. 

Robert Ménard a justifié la diffusion de cette affiche, estimant que «ce qui est scandaleux et violent (...) c'est les 100.000 euros de subventions supprimés aux associations dans les quartiers de Béziers». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles