Tout savoir sur la «Journée sans voiture» à Paris dimanche

Pour la 3e édition de la «Journée sans voiture», le périmètre a été élargi à tout Paris. Pour la 3e édition de la «Journée sans voiture», le périmètre a été élargi à tout Paris.[© Henri Garat / Mairie de Paris]

Ce dimanche 1er octobre aura lieu la troisième édition de la «Journée sans voiture», désormais étendue à tout Paris. Règles à respecter, horaires, transports en commun... voici tout ce qu'il faut savoir. 

C'est une journée un peu à part dans la capitale, plus habituée au balais incessant des scooters et des voitures. De 11h à 18h, ce dimanche, la «Journée sans voiture» se veut être un moment de détente, afin «de rendre l'espace public moins pollué, plus agréable et plus apaisé».

Pas question donc de prendre une voiture, une moto ou même un scooter pour se déplacer. Dimanche, ce sera à pied, à vélo, en trottinette, rollers, gyropodes ou monoroues... ou en transports en commun (les bus continueront en effet de circuler pendant la journée).

Dans quelles zones ?

Cette année, le périmètre de la «Journée sans voiture» a été élargi à tout Paris intramuros (boulevard périphérique non compris). Par ailleurs, une dizaine de zones – comme le quartier de Montmartre (18e), le bassin de la Villette (19e), le Canal Saint-Martin (10e), le Sentier (2e) ou encore le Marais (4e) – seront même complètement piétionnisées pour l'occasion.

capture_decran_2017-09-28_a_12.34.33.png

A partir de quelle heure ?

A partir de 11h du matin et jusqu'à 18h, l'entrée dans Paris via les sorties du périphérique, ainsi qu'aux portes de Paris, sera complètement bloquée par plus d'une centaine de barrages filtrants. Pour l'occasion, la mairie de Paris a prévu la mobilisation de 1.000 personnes pour assurer le bon déroulement de cet événement, dont 560 agents municipaux et environ 400 agents de la préfecture.

Quelles contraintes ?

Tous les véhicules motorisés sont concernés par la «Journée sans voiture» : ni voiture, ni scooter, ni moto, ni même véhicule électrique (Cityscoot, Autolib'...) ne pourront donc circuler dans la capitale. En cas d'infraction, les resquilleurs s'exposent à une contravention de 22 euros (si celle-ci est payée dans les trois jours) ou 75 euros dans les 45 jours qui suivent.

Quelles exceptions ?

Les taxis, les VTC ainsi que les bus de la RATP resteront disponibles, mais devront en revanche rouler à moins de 30 km/h. Par ailleurs, tous les véhicules d'urgence et de secours pourront circuler, tout comme les lignes touristiques OpenTour et BigBus, les autocars de transports de type OUIbus, ainsi que les camions de déménagement munis de leur autorisation.

Les professionnels des marchés parisiens, les dépanneurs, les médecins, les titulaires de la carte handicapée et autres cas particuliers pourront également circuler en voiture. Sachant que la mairie de Paris a fait savoir que «les agents de police feront preuve de discernement pour ces cas particuliers, sur présentation d'un justificatif».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles