Une autre élue LFI épinglée pour un logement social

Danielle Simonnet (LFI) occupe un logement social de 83 m2 pour un loyer de 1.300 euros. [THOMAS SAMSON / AFP]

La conseillère de Paris Danielle Simonnet, par ailleurs porte-parole et fidèle de Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise), occupe avec son conjoint un 83 m2 dans le XXe arrondissement de Paris pour un loyer de 1.300 euros par mois. 

Comme l'indique Le Parisien, qui a révélé l'affaire ce mercredi 25 octobre, cela n'est pas illégal mais cette occupation pose question, car le loyer appliqué est entre 30 à 40 % moins cher que dans le privé. 

L'affaire éclate surtout quelques semaines seulement après celle du HLM du couple insoumis Garrido-Corbière, lui aussi locataire d'un logement social de la RIVP (Régie immobilière de la ville de Paris), en l'occurrence un 80 m2 dans le XIIe arrondissement de la capitale.

Et si la polémique était sur le point de retomber, Alexis Corbière et Raquel Garrido devant prochainement quitter leur appartement, elle repart désormais de plus belle avec Danielle Simonnet.  

Car, dans les deux cas, cela va à l'encontre du règlement tacite de la RIVP qui impose aux élus de ne pas habiter dans un logement social. Mais du strict point de vue de la loi, rien n'interdit formellement à l'élue parisienne d'occuper ce logement, le loyer étant librement fixé sans barème par la même RIVP.

Danielle Simonnet n'a pas l'intention de partir

Interrogée par Le Parisien, Danielle Simonnet a expliqué qu’elle n’a cependant pas l’intention de partir et avance, comme explication, une raison politique.

«Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière», a-t-elle ainsi déclaré.

«Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière»
Danielle Simonnet

Toujours selon le quotidien, la conseillère de Paris a par ailleurs indiqué que Ian Brossat, l'adjoint (PCF) en charge du logement ne lui a pas demandé de partir.

Contacté, ce dernier s'est contenté de déclarer que «son appartement n’est pas de la catégorie HLM mais un loyer libre. Et dès lors, il n’y a pas de plafond de ressources pour l’obtenir, pas d’enquête sur les revenus de ses occupants, pas de surloyer».

Tout juste a-t-il concédé de dire qu’au vu des 120 000 Parisiens en attente d’un logement social, « les citoyens parisiens comprennent de moins en moins que des élus parisiens vivent en logement social ».

Pour rappel, en 2014, la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), avait pourtant demandé à tous les élus parisiens de quitter leur «logements relevant des droits de réservation de la ville ou du parc de ses bailleurs». Un appel que Danielle Simonnet ne semble donc pas prête à entendre. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles