Lissage de la baisse des loyers HLM : Carvounas déplore «un premier pas» insuffisant

Luc Carvounas voit dans la baisse des APL étalée sur trois ans, «un premier pas» vers un «rétropédalage» du gouvernement, mais estime que «ce n'est pas assez».[Thomas SAMSON / AFP]

Invité sur franceinfo, ce samedi 4 novembre, Luc Carvounas, député PS du Val-de-Marne, a reconnu un «premier pas» de la part du gouvernement dans la baisse des loyers HLM étalée sur trois ans, mais juge que «ça n'est pas assez».

«Je vois qu'il commence à y avoir un petit rétropédalage, parce qu'ils sont en train de se dire : ‘Finalement cette mesure, c'est pas la bonne’», a considéré l'ex-maire d'Alfortville sur franceinfo.

Les députés ont adopté vendredi 3 novembre, aux termes de vifs débats, cet amendement du gouvernement étalant sur trois ans la baisse de 1,5 milliard d'euros des aides publiques au logement pour les organismes HLM. Ce fameux amendement instaure une baisse progressive des loyers du logement social : de 800 millions d'euros en 2018, 1,2 milliard en 2019, puis 1,5 milliard par an à compter de 2020, dans le but de compenser une baisse des APL équivalente. Mais dès l'année prochaine, l'économie budgétaire annuelle de 1,5 milliard d'euros visée par le gouvernement pour les bailleurs sociaux doit être atteinte grâce à une hausse, en parallèle, de la cotisation versée par les bailleurs sociaux à la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS).

Un quotidien «perturbé»

«Aucun office, assure Luc Carvounas, n'est en capacité d'absorber ce qui nous est retiré. Très concrètement à Alfortville, ce qui a été décidé de façon unilatérale par les hauts fonctionnaires de Bercy, c'est de retirer deux millions d'euros sur la part d'autofinancement de mon office». Soit, selon lui, «autant de réparations en moins sur le patrimoine», «autant d'engagements en moins», et un quotidien «perturbé».

«Moi, poursuit-il, ce qui m'intéresse n'est pas seulement de savoir comment on réalise cette économie mais plutôt de réaliser des économies, sans que cela soit au détriment des locataires et de la qualité de leur habitat».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles