Affaire Arthur Noyer : des ossements retrouvés en Savoie

Les ossements ont été repérés vendredi après-midi par un hélicoptère de la Section aérienne de gendarmerie de Bron (Rhône).[FRED TANNEAU / AFP]

Des ossements ont été découverts près du lieu où avaient été retrouvés des débris du crâne d'Arthur Noyer, un militaire disparu en avril dernier. Nordahl Lelandais, mis en cause dans la disparition de la jeune Maëlys, a également été mis en examen dans cette affaire.

Rien n'indique pour le moment que ces ossements sont ceux du jeune homme. «Ils vont être analysés pour savoir s'ils appartiennent à Arthur Noyer», a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, appelant à la prudence «sur les conclusions que l'on pourrait tirer d'une telle découverte».

Les ossements ont été repérés vendredi après-midi par un hélicoptère de la Section aérienne de la gendarmerie de Bron (Rhône), rapporte Le Dauphiné Libéré. Il s'agit de «débris épars» et «d'os plus grands», d'aspect «différent» des restes du crâne d'Arthur Noyer, retrouvés en septembre, précise le quotidien régional. La zone où ont eu lieu ces dernières découvertes a été sécurisée pour permettre aux experts de la gendarmerie d'effectuer les prélèvements d'usage.

Une plainte contre X

Par ailleurs, l'avocat de la famille du jeune militaire a annoncé au micro de France 3 Alpes son intention de déposer plainte contre X pour «violation du secret de l'instruction» et «violation du secret professionnel», considérant que la révélation de ces informations par «des personnes proches de la source d'information» peuvent nuire à l'enquête.

«Ce sont des attitudes inconscientes et irresponsables vis-à-vis des familles et de l'enquête. Si on veut garder secrètes certaines informations, c'est justement pour éviter en particulier que la scène de crime soit polluée», a déclaré Me Bernard Boulloud.

«Imaginez que je dise ce que je sais du lieu où a été découvert le crâne : demain, il y aura des dizaines de curieux pour aller voir et tout fouler, faisant disparaître le minimum d'indices qu'on pourrait retrouver !», a-t-il déploré, souhaitant éviter les «failles procédurales qui pourraient amener la défense à s'en servir pour échapper à la sanction».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles