Paris : bientôt une maraude spécifiquement dédiée aux toxicomanes dans le 10e

L'association Gaïa, en charge de la salle de consommation à moindre risque, opère depuis plusieurs années des maraudes dans le quartier.[© Association Gaïa]

Trafic de drogues en pleine rue, seringues laissées au sol... Les riverains du 10e déplorent une vie de quartier devenue difficile depuis l'ouverture de la salle de consommation à moindre risque (SCMR).

Une réalité que connait bien Alexandra Cordebard, la maire socialiste du 10e arrondissement de Paris, qui a annoncé qu’elle «travaillait à la création d'une maraude», spéficiquement dédiée aux toxicomanes, qui «démarrera à la fin du mois de mars».

Cette maraude «quasi-quotidienne» sera orchestrée par l’association Charonne, en marge du travail mené par l’association Gaia sur le terrain, et dans la salle de consommation à moindre risque.

Pour l’élue, il s’agit avant tout «d’orienter les toxicomanes vers des dispositifs de prise en charge» et de les mettre «en contact avec des travailleurs sociaux», alors que la plupart d'entre eux sont, selon elle, «de jeunes gens complètement désocialisés».

«La présence de toxicomanes à Paris est avérée et ancienne, et le fait de seulement le déplorer n’est pas efficace pour régler leur situation», assure Alexandra Cordebard qui préfère mener des actions concrètes.

Ce qui ne l'empêche pas d’avoir conscience des difficultés rencontrées par les riverains du quartier : «On est en train de mettre en place les outils pour la sécurité et l’amélioration du cadre de vie. L’extension de la ZSP a permis d’avoir une présence policière très renforcée et très visible. Ce quartier en avait besoin.»

Par ailleurs, la maire a tenu à souligner que les récents vols et les faits de violence qui se sont récemment produits dans l’arrondissement n’étaient pas l’oeuvre de ces toxicomanes, bien incapables de mettre en place de tels stratagèmes.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles