Ils avaient appelé leur enfant «Jihad», la justice le renomme «Jahid»

Sur décision de justice, l'enfant se prénommera désormais «Jahid». Sur décision de justice, l'enfant se prénommera désormais «Jahid». [© DIDIER PALLAGES / AFP]

Parce qu'il désigne désormais un violent phénomène de société, la justice de Toulouse a récemment obligé des parents à changer le prénom de leur enfant.

«Jihad» : c'est ainsi que les géniteurs, résidant à Léguevin (Haute-Garonne), avaient déclaré leur progéniture à l'officier d'état civil après sa naissance le 2 août 2017, selon Actu.fr. Un prénom qui signifie étymologiquement «effort» en arabe, mais qui est aujourd'hui associé au terrorisme islamiste et à la «guerre sainte» pour le grand public.

Or, dans un contexte marqué par les attentats terroristes, la mairie de la ville a préféré signaler l'affaire auprès du parquet, saisi dans la foulée. Pour rappel, en effet, l'article 57 du Code civil impose aux parents de choisir un prénom «dans l'intérêt de l'enfant».

Un problème déjà posé

Ainsi, dans sa décision rendue le 13 avril 2018, le tribunal de grande instance de Toulouse a annulé la mention du prénom «Jihad» sur l'acte d'état civil et, par une simple inversion de voyelles, déclaré que l'enfant se prénommera désormais «Jahid».

La même question s'était posée en 2016 dans la commune de Roubaix (Nord). Alors qu'ils avaient appelé leur progéniture «Jihad», les parents avaient dû se rétracter et inversé d'eux-mêmes les lettres pour changer le prénom en «Jahid». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles