François Hollande sur l'interview d'Emmanuel Macron : «lorsqu'un chef de l'État est interrogé, on l'appelle 'président'»

«Il n'y a pas de raison de penser qu'on est plus impertinent quand on l'appelle par son nom de famille», a estimé François Hollande[AFP - Image d'illustration]

La question brûle les lèvres des commentateurs depuis l'interview d'Emmanuel Macron menée dimanche par Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin. Etait-ce bien approprié d'appeler le chef de l'État par son nom, comme l'ont fait les journalistes à cette occasion, et non pas par le traditionnel «Monsieur le président»?

L'ancien président, François Hollande, en pleine promotion de son ouvrage «Les leçons du pouvoir», a tranché sur le sujet lors d'un passage sur les ondes de France Culture ce mercredi. 

«Moi je considère que lorsque le chef de l'État est interrogé on l'appelle 'président', c'est l'évidence, et il n'y a pas de raison de penser qu'on est plus impertinent quand on l'appelle par son nom de famille», a indiqué le socialiste sans détour. 

Quand le journaliste a demandé à François Hollande comment il devait l'appeler aujourd'hui, l'ex-chef de l'État a répondu :

«Ensuite quand un président n'est plus président, on l'appelle comme on veut. Même si moi je suis encore président d'une fondation».

L'interview décriée de dimanche soir a réuni 3,4 millions de téléspectateurs en moyenne sur toute sa durée, selon les données de médiamétrie. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles