Le maire de Bagnolet demande plus de présence policière après des violences

En trois semaines, quatre personnes ont été blessées par balles et des dizaines de voitures ont été incendiées dans la commune[AFP - Image d'illustration]

Le maire de Bagnolet (Seine-Saint-Denis), Tony Di Martino (PS), et le député de la circonscription (FI), Alexis Corbière, ont été reçus vendredi par le préfet du département pour réclamer davantage de moyens policiers. 

En tête des revendications des deux élus figure l'ouverture d'un commissariat à Bagnolet, totalement dédié à la commune. Aujourd'hui, c'est le commissariat des Lilas qui prend en charge la commune voisine. 

Ces requêtes font suite aux violences qui touchent la ville depuis quelques semaines. En trois semaines, quatre personnes ont été blessées par balles et des dizaines de voitures ont été incendiées dans la commune, d'après France Bleu Paris

Un embrasement depuis le 9 avril

Dans la nuit de jeudi à vendredi, cinq voitures ont été brûlées dans le quartier des Malassis. Dix autres avaient pris feu dans la nuit de mardi à mercredi après la blessure par balles d'un homme de 22 ans mardi soir. 

Toujours selon France Bleu, c'est dans le secteur de la Capsulerie, situé autour du terminus de la ligne 3 du métro, à Gallieni, que se sont déclenchées les premières violences. Dans ce quartier connu notamment pour le trafic de drogue qu'il abrite, trois personnes ont été blessées par balles depuis le 9 avril. «Des coups de feu ont été tirés devant un café, sur un immeuble et même sur la porte d'un appartement du quartier», a rapporté France Bleu Paris.

Face à cette situation, des CRS ont été déployés depuis mercredi dans le quartier de la Capsulerie. Mais cette mise à disposition de moyens supplémentaires ne devrait être qu'une mesure provisoire.

Une «guerre de territoires»

«Je n'ai pas le souvenir d'avoir connu une telle situation dans notre ville» a constaté Tony Di Martino, le maire (PS) de Bagnolet qui évoque une «guerre de territoires» entre trafiquants. 

Après le préfet de Seine-Saint-Denis, le député et le maire souhaitent être reçus par Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur.

La municipalité a déjà obtenu la création d'un  groupe spécialisé de terrain (GST), composé de 18 policiers, dans le secteur de la Capsulerie. Des caméras de vidéosurveillance vont aussi être installées. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles