L'industrie cinématographique de la région parisienne en plein boom

La réalisatrice Lana Wachowski (droite) , lors du tournage de la série Netflix «Sense8» dans le quartier de Montmartre, en octobre 2017. [© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP]

Grâce à de nombreux tournages étrangers et au retour des productions françaises, les voyants sont au vert pour l'industrie du cinéma en Ile-de-France.

D'après le bilan publié ce mercredi par l'Observatoire de la production audiovisuelle et cinématographique, la région parisienne a connu «une année exceptionnelle» en 2016, avec la plus forte croissance de l'emploi depuis une décennie. Elle compte désormais plus de 31 000 travailleurs dans ce domaine (+ 6 % par rapport à 2015).

De bons chiffres qui s'expliquent par deux facteurs en particulier, selon l'étude : les producteurs étrangers viennent de plus en plus tourner en Ile-de-France et les cinéastes français ont tendance à revenir dans l'Hexagone.

Ainsi, la capitale a accueilli les tournages de plusieurs films hollywoodiens en 2016, telles que «Cinquante Nuances plus claires» ou encore «Jackie». Chose rare, une superproduction indienne («Befikre») a également Paris pour décors.

Les longs-métrages français ne sont pas en reste, puisque le taux de délocalisation a fortement chuté. Il est passé de 36 % de films tournés à l'étranger en 2015 à 22 % en 2016. C'est notamment le cas de l'énorme production de Luc Besson, «Valérian et la cité des 1.000 planètes». L'Ile-de-France, haut lieu des réalisations dans le pays, en a logiquement profité.

L'Observatoire précise aussi que la région parisienne peut s'appuyer sur le poids de studios d'animation de grande qualité, comme Mac Guff («Moi, moche et méchant 3»).

Les séries sourient aussi

Enfin, concernant les séries télés, «Le bureau des légendes» et «Versailles», tournés à Bry-sur-Marne (94) et à la Cité du cinéma de Saint-Denis (93), ont largement contribué à ces résultats positifs.

Une tendance à la hausse, notamment lié à des dispostifs fiscaux d'incitation, qui devrait se poursuivre en 2017, selon l'étude. L'année 2018, elle, devrait être marquée par une «consolidation», même si certaines grandes sociétés de production rencontrent des «difficultés financières».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles