Mort de Naomi : les accusations de racisme se multiplient sur Twitter

L'Igas (Inspection générale des affaires sociales) a été chargée de mener une enquête pour cerner les contours précis du scénario ayant conduit à la mort de la jeune femme de 22 ans.[AFP]

Après les importants dysfonctionnements constatés dans la prise en charge de Naomi Musenga, l'affaire liée à sa mort le 29 décembre 2017, est désormais entâchée par une deuxième polémique soulevée sur Twitter.

Certains internautes considèrent en effet que si la jeune femme avait possédé un nom à consonance européenne, son cri de détresse aurait eu d'avantage de chances de trouver une résonnance différente auprès des deux opératrices du SAMU qu'elle a eues au téléphone. 

Par ailleurs, le ton adopté par la première standardiste pour rapporter le nom de la pauvre victime à la deuxième opératrice, laisse apparaître une présumée condescendance de sa part à l'égard de Naomi. «Alors le nom... j'ai compris Musenga... M-U-S-E-N-G-A... je lui ai fait épeler, a priori ça devrait être ça...», indique-t-elle avec un détachement qui tranche brutalement avec l'état de santé gravissime affectant alors Naomi Musenga.

A la demande de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) a été chargée de mener une enquête pour cerner les contours précis du scénario ayant conduit à la mort de la jeune femme de 22 ans.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles