Ramadan : la municipalité de Sevran face à la justice

«Ce n’est pas aux musulmans de pâtir de notre erreur», assure le maire de Sevran. [Stéphane Blanchet]

Sommé par la justice de démonter des tentes dressées sur un parking à l’occasion du Ramadan, le maire de Sevran (SE), Stéphane Blanchet, refuse d’appliquer la décision judiciaire.

Deux tentes sont en effet installées sur les parkings de la cité Basse. Une mesure qui existe depuis quatre ans à cet endroit et plus généralement depuis quinze ans dans la ville de Seine-Saint-Denis, et qui ne rencontre habituellement aucune résistance.

Sauf que, comme le rapporte Le Parisien, la municipalité a commis cette fois une petite erreur, en omettant de prévenir le bailleur Logirep de l’installation desdites tentes. Le bailleur a ainsi saisi le tribunal de Montreuil, qui a condamné vendredi la municipalité à enlever les barnums, sous peine d’une astreinte journalière de 2.000€.

Une condamnation à laquelle la municipalité refuse de se soumettre. «Ce n’est pas aux musulmans de pâtir de notre erreur. J’espère simplement qu’on trouvera une solution avec tous les acteurs», a ainsi expliqué au quotidien Stéphane Blanchet.

Un arrêté municipal déposé ce week-end

Ainsi, ce week-end, l’édile a pris un arrêté de réquisition des parkings afin d’éviter «un trouble à l’ordre public». L’annonce de la possible suppression des tentes avait en effet suscité ces derniers jours, la colère des riverains concernés.

L’arrêt municipal a été transmis au bailleur par huissier dès lundi et doit être étudiée par la justice ce mardi 22 mai.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles