Blocages : plus d'un million d'euros de dégâts à l'université de Grenoble

Le bâtiment ne devrait pas rouvrir ses portes avant début 2019.[JEAN-PIERRE CLATOT / AFP]

Les dégradations «spectaculaires» commises à la faculté de Grenoble devraient coûter plus d'un million d'euros, selon la direction de l'Université de Grenoble Alpes (UGA), qui va porter plainte lundi.

«Les murs et les sols sont à poncer et à repeindre, les fenêtres et le matériel informatique sont à changer, ainsi que la quasi-totalité du mobilier... Les personnels ont été sidérés de ce qu'ils ont découverts vendredi matin, après le départ des opposants», a déclaré samedi à l'AFP Patrick Levy, le président de l'UGA.

Les travaux de rénovation comprendront également la réfection de la toiture végétalisée du bâtiment de 2.800 m². Son étanchéité a été altérée. Mais l'université craint que ces dégâts ne puissent faire l'objet d'une prise en charge par les assurances.

un mois et demi d'occupation

Les personnels de l'établissement ont également découvert des pierres, un stock de bombes de peinture, des pieds de biche et du matériel volé dans le laboratoire du centre de langues vivantes dans un local prêté à une association étudiante.

Pendant un mois et demi, le centre de langues vivantes avait été occupé par des opposants à la Vidal. Ils ont voté mercredi la fin de l'occupation de l'ensemble des locaux de l'université paralysés depuis le 9 avril. Le bâtiment ne devrait pas rouvrir ses portes avant début 2019.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles