La ville de Marseille une nouvelle fois touchée par la violence

Le jeune homme tué est la 13e victime d'un homicide de ce type dans la région marseillaise depuis le début de l'année[Christophe SIMON / AFP]

Un homme d'une vingtaine d'années a été tué par balles sur le Vieux-Port de Marseille dans la nuit de samedi à dimanche, alors que les bars accueillaient encore de nombreux clients, a-t-on appris auprès des pompiers.

A la mi-journée, la piste du réglement de comptes est privilégiée.

Il était 02H30 quand les marins-pompiers de Marseille ont été appelés pour un blessé par arme à feu. «La victime, en arrêt respiratoire à notre arrivée, n'a pu être ranimée et a été déclarée décédée sur place», ont indiqué les pompiers à l'AFP, confirmant une information de La Provence.

Le corps de l'homme tué présentait plusieurs impacts de balle, selon les pompiers.

Le Vieux-Port de Marseille est un des lieux nocturnes les plus animés de la ville le week-end, et de nombreuses personnes s'y attardaient encore au moment du crime, selon La Provence qui cite un témoin: «Ça faisait comme un feu d'artifice, comme des pétards».

«Ça suffit ! Il est temps que l'Etat réagisse et prenne ses responsabilités en faisant tout le nécessaire pour remédier durablement à cette violence meurtrière», a réagi dans un communiqué le maire Jean-Claude Gaudin avant d'ajouter que la Ville «s'engagera à se tenir pleinement à ses côtés pour lutter efficacement contre ce fléau».

13 morts depuis janvier

Cet homicide fait de ce jeune homme tué la treizième victime d'un homicide en lien au trafic de drogue dans la région marseillaise depuis le début de l'année.

Le dernier règlement de compte dans la ville a eu lieu dans la nuit du 25 au 26 mai : deux hommes d'une trentaine d'années, dont l'un, sans antécédent judiciaire, n'était sans doute pas visé, avaient été abattus dans les locaux d'une association sportive de l'Estaque, quartier sur le littoral au nord de la ville, vingt-quatre heures à peine après une visite du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

Après une accalmie en 2017 sur ce front, avec «seulement» quatorze victimes, la tendance semble repartie à la hausse. En 2016, vingt-neuf personnes avaient perdu la vie dans des règlements de comptes à Marseille et ses alentours.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles