Une pétition contre la difficulté de l'épreuve de maths fait un carton

Des élèves de terminale lors d'une épreuve du baccalauréat, à Strasbourg, le 18 juin 2018. Des élèves de terminale lors d'une épreuve du baccalauréat, à Strasbourg, le 18 juin 2018. [© FREDERICK FLORIN / AFP]

Une pétition a été lancée sur le site Change.org, le week-end dernier, pour dénoncer l'épreuve de mathématiques de la filière scientifique du baccalauréat 2018. Ce mardi, elle avait déjà recueilli plus de 85.000 signatures.

A chaque édition, ses pétitions. Depuis 2014, les candidats au baccalauréat usent volontiers de cet outil numérique de contestation pour demander le retrait de tel ou tel exercice jugé trop difficile, ou encore une revalorisation des notes après une épreuve jugée injuste. Cette année, c'est le sujet de maths pour les séries S qui fait l'objet d'une première pétition.

L'auteur du texte, un certain «Superman du bac de maths», dénonce ainsi une épreuve «trop difficile, comparée à celles des autres centres en 2018 ou aux épreuves de métropole les années précédentes». Il cite notamment l'exercice de spécialité «ne ressemblant à aucun type d'exercice habituel», mais aussi «la présence de notions telles que la ligne brisée, jugée hors programe».

Des défis qui ont, selon lui, laissé «de glace» la très grande majorité des candidats, «pas suffisamment entraînés» pour répondre à ce type d'exercices. Pour preuve : nombreux sont les élèves – mais aussi quelques enseignants – qui s'en sont plaints sur les réseaux sociaux.

Un record de signatures

L'objectif de la pétition ? Sans surprise, obtenir une harmonisation des notes «afin de ne pas pénaliser de façon définitive les lycéens de terminale S pour lesquels les maths représentent un coefficient de 7 ou 9 [en cas de spécialité, ndlr]». Un rééquilibrage «nécessaire» pour le «Superman du bac», qui conclut sur une note d'humour en reprenant un des énoncés de l'épreuve de philosophie : «Doit-on subir l'injustice pour savoir ce qui est juste ?».

A noter que cette pétition a déjà largement dépassé le précédent record de 2014, lorsqu'un texte contre le baccalauréat avait atteint les 54.000 signatures. Son auteur espère atteindre les 150.000.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles