Cadavre sans tête et sans mains : un homme interpellé

Ce sont des expertises effectuées à la fin de l'année 2017 qui ont permis de relancer l'affaire et de donner enfin une identité à la victime. [AFP]

L'obstinatination des enquêteurs a fini par payer. Sept ans après la découverte en bordure de voie ferrée à Villebon-sur-Yvette (Essonne) d'un cadavre dépourvue de tête et dont les mains avaient été coupées, un homme a été interpellé.

Ce sont des expertises effectuées à la fin de l'année 2017 qui ont permis de relancer l'affaire et de donner enfin une identité à la victime.

Deux traces ADN ont été décelées sur des scellés. Sur un sac retrouvé à proximité du cadavre, c'est l'empreinte digitale d'un homme connu de la police pour outrages, rebellions et délits routiers qui a été trouvée. Sur les parties intimes de la dépouille, les enquêteurs ont retrouvé de l'ADN d'un autre individu connu des services de justice.

En recoupant les informations obtenues, les policiers ont vite établi que le premier homme identifié était l'époux de la victime, le deuxième son amant. La jeune femme tuée s'appelle, elle Souad Boubou, était originaire du Val-de-Marne et avait environ 40 ans lorsque le drame est survenu.

Les soupçons des enquêteurs se sont portés vers le mari de Souad Boubou qui n'avait pas signalé sa disparition et l'avait frappée en pleine rue, deux mois avant qu'elle ne disparaisse.

Il a été mis en garde à vue et placé en détention provisoire.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles