Une fondatrice des Femen retrouvée morte à Paris

Oksana Chatchko se consacrait à son métier d'artiste peintre. [SERGEI SUPINSKY / AFP]

L'Ukrainienne Oksana Chatchko, l'une des membres fondatrices du mouvement féministe Femen, a été retrouvée morte ce mardi dans son appartement parisien. Selon les premiers éléments de l'enquête, il pourrait s'agir d'un suicide, la jeune femme ayant souffert de dépression depuis plusieurs années.

Elle aurait déja tenté auparavant par deux fois de mettre fin à ses jours. Et peu avant sa mort, elle avait posté un dernier message sur Instagram, dans lequel on pouvait lire : « tu es faux ». On ne savait pas à qui s'adressait cette phrase. Une autopsie devait être menée pour confirmer la thèse du suicide. 

« La plus courageuse (…) Oksana Chatchko nous a quittés, a déclaré Anna Hutsol, qui a cofondé les Femen avec elle. Avec ses proches et sa famille, nous sommes en deuil et nous attendons la version officielle de la police. Pour le moment, ce que nous savons, c’est que (…) le corps d’Oksana a été retrouvé dans son appartement à Paris. Selon ses amis, elle a laissé une lettre de suicide. »

Artiste de profession, Oksana Chatchko avait fondé les Femen en avril 2008 à Kiev, avec deux autres militantes, Anna Hutsol et Alexandra Shevchenko. Il s'agissait à l'époque de protester contre le harcèlement sexuel que subissaient les étudiantes. Peu à peu, le mouvement a pris de l'ampleur, les Femen s'attaquant à l'exploitation sexuelle des femmes et au tourisme sexuel en Ukraine. 

Leur mode de protestation avait contribué à les faire connaître : elles investissent des lieux à l'improviste, seins nus et des slogans peints sur leurs poitrines. Relocalisées à Paris, les Femen ont mené de nombreuses opérations en France et en Europe, notamment contre Dominique Strauss-Kahn après que ce dernier a été accusé de viol à New York. 

Oksana Chatchko s'était installé à Paris en 2013, et avait quitté l'organisation, se consacrant à son métier d'artiste peintre.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles