Garde à vue pour le policier soupçonné d'avoir frappé un prévenu au TGI

La Conférence du barreau de Paris a vivement réagi à ces accusations, estimant sur Twitter que la «situation est intolérable».[LOIC VENANCE / AFP]

Le policier accusé par un détenu de l'avoir frappé et blessé à l’œil durant une suspension d’audience au tribunal de grande instance de Paris, lundi, a été placé ce mercredi en garde à vue.

Âgé de 23 ans, le prévenu accuse un policier de l’avoir frappé au visage lors d’une suspension d’audience de la 23e chambre correctionnelle, où il devait être jugé en comparution immédiate pour vol. L'enquête a été confiée à l'IGPN, la police es polices. 

«Après l’interruption, mon client est revenu avec le visage ensanglanté, une arcade sourcilière ouverte et un hématome à l’œil gauche», raconte ainsi Me Matthieu Juglar, avocat du prévenu, cité par Le Parisien. Selon les déclarations du prévenu, il aurait été frappé alors qu’il demandait simplement à aller aux toilettes.

La Conférence du barreau de Paris a vivement réagi à ces accusations, estimant sur Twitter que la «situation est intolérable». Un message accompagné d’une photo du jeune prévenu, visiblement blessé à l’œil et présentant du sang sur son t-shirt.

Sollicité par nos confrère lundi, le parquet de Paris a indiqué qu’une enquête avait été ouverte pour «violence volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique», et confiée à l’IGPN (Inspection générale de la police nationale).

Pourtant, rien ne garantit son issue, puisqu’une autre enquête a été ouverte pour «violence volontaire et menace de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique». Pour le moment, aucune image d’une éventuelle agression ne vient accréditer l’une des deux versions.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles