Affaire Benalla : le procureur de Paris demande des explications à la police

François Moins souhaite des explications. [FRANCOIS GUILLOT / AFP]

Le procureur de Paris, François Molins, a demandé dans un courrier au directeur de la la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne les raisons pour lesquelles les deux manifestants violentés par Alexandre Benalla sur la place de la Contrescarpe n'avaient pas fait l'objet d'une procédure judiciaire. 

Les faits qui sont reprochés au couple - une carafe et deux autres objets lancés vers les forces de l'ordre, ainsi qu'un bras d'honneur - se traduisent habituellement pour leurs auteurs par une présentation à la justice suivie d'un jugement en comparution immédiate. 

Une situation d'autant plus suprenante que 283 personnes ont été arrêtées dont 109 ont été placées en garde à vue lors de cette journée de manifestations du 1er Mai. Et une quinzaine de personnes ont été déférées ce jour-là pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique ». 

Selon certains observateurs, le fait d'engager une procédure judiciaire aurait eu pour conséquence de faire sortir l'affaire dès le mois de mai, le nom d'Alexandre Benalla ayant alors été cité dans les rapports de police. 

L'avocat du couple a fait savoir hier que le jeune homme, âgé de 29 ans, de nationalité grecque et exerçant le métier de cuisinier, s'était vu prescrire 6 jours d'interruption du travail. Si cela se confirmait, la mise en examen d'Alexandre Benalla pour « violences en réunion n'ayant pas entraîné d'incapacité » ne serait plus valable.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles