Le chat de Claude Monet de retour à Giverny

Le chat en porcelaine retrouve sa place dans la demeure givernoise du peintre Claude Monet [Christie's / Capture d'écran Instagram]

Pièce phare de la collection d'art personnelle de Claude Monet, une sculpture de chat en porcelaine a retrouvé sa place dans la demeure du peintre, à Giverny (Eure), grâce à la générosité d'un homme d'affaire hongkongais. 

Le précieux félin en porcelaine non émaillée datant de l'ère Meiji (1867-1912), a été mis en enchère par la maison Christie's lors d'une vente exceptionnelle de pièces issues de la collection personnelle de Claude Monet - intiulé «Dear Monsieur Monet» - qui s'est tenue à Hong-Kong, le 26 novembre dernier.

C'est un homme d'affaires hongkongais, Hideyuki Wada, qui a remporté l'enchère, acquérant l'objet pour 525 000 dollars hongkongais (environ 57 000 euros), vingt fois supérieure à son estimation de départ la plus basse. Un investissement dédié à la fondation Monet qui reçut la sculpture le 23 mars dernier sous forme de don.

L'œuvre avait été léguée à Rolande Verneiges, fille illégitime de Michel Monet, le second fils du peintre. Après son décès en 2008, elle laisse derrière elle une collection d'une valeur inestimable, rendue publique par l'expert d'art de chez Christie's, Adrien Meyer. 

Aujourd'hui, le félin a retrouvé sa place dans la maison givernoise du peintre, lové sur la desserte de la salle à manger jaune, rejoignant une œuvre similaire - un chat en porcelaine lové sur un coussin rose, offert au peintre par des convives japonais - déjà présente dans les murs de la maison au crépi rose.

giverny_monet_salle_a_manger.jpg

© Ludovic Marin / AFP

Si Claude Monet ne s'est jamais rendu au Japon, l'art nippon occupe une place importante dans la carrière du maître de l'impressionnisme. Sa peinture, comme son célèbre jardin, s'est inspiré des maîtres de l'estampe, à l'image des œuvres d'Hokusai ou d'Utamaro, qui tapissent les murs de sa demeure. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles