Fusillade à Beaune : un crime raciste ?

Les enquêteurs tentent de retrouver les auteurs des attaques.[Philippe HUGUEN / AFP]

La fusillade survenue à Beaune (Côte-d'Or) dans la nuit de dimanche à lundi, lors de laquelle sept jeunes avaient été blessés par des tirs de fusil de chasse, pourrait être une attaque à caractère raciste. 

Le témoignage de l'une des victimes, recueilli par des journalistes de France 3, évoque en effet des menaces racistes. « Heureusement qu'il y a le banc qui m'a sauvé. Honnêtement, sans ce banc-là, je pense que c'était fini pour moi. La voiture, j'ai vu à leurs regards qu'ils avaient une haine envers nous. Le pire, c'était les propos. Comme quoi on était des bougnoules et qu'on n'avait rien à faire dans ce pays et qu'ils allaient revenir calibrés [avec une arme] », a déclaré la personne interrogée. 

Un proche des victimes, cité par Le Bien Public, est du même avis. « Il ne s'agit pas d'un règlement de compte. Ce sont des racistes. Ils sont arrivés en criant 'Sale bougnoules, rentrez chez vous' », a déclaré ce dernier. 

Si selon l'AFP, dans une dépêche publiée lundi, la piste du règlement de comptes était privilégiée par les enquêteurs, ces nouveaux éléments pourraient désormais être pris en compte. « Aucune piste n'est à exclure », a ainsi estimé mardi le procureur adjoint. 

Une attaque planifiée ? 

Une première agression avait eu lieu vers 1h du matin. Une Renault Clio rouge lancée à pleine vitesse avait alors tenté de percuter un groupe de jeunes qui jouait à la console sur une télévision installée à l'extérieur, dans le city-park du quartier Saint-Jacques. Mais vers 4h30 un autre véhicule, une Mercedes noire, était arrivée à son tour sur les lieux, le passager ouvrant le feu à quatre reprises au fusil de chasse, chargé de munitions de petit calibre. 

Sept personnes ont été touchées, dont une assez gravement, sans que ses jours soient en danger. 

Les enquêteurs analysent désormais les images de vidéosurveillance pour tenter de retrouver les agresseurs. 

Sur les réseaux sociaux, certains s'étonnaient du faible nombre de réactions à ce qui pourrait être une attaque raciste.

Vous aimerez aussi

Le centre pénitentiaire sud francilien, à Réau, en Seine-et-Marne.
Faits divers Seine-et-Marne : un détenu passe à tabac sa compagne au parloir d'une prison
Faits divers Cannes : une actrice allemande s’empale sur une grille en escaladant un portail
Les faits se sont déroulés sur la place Napoléon de La Roche-sur-Yon.
Vendée Homophobie : des jeunes saccagent un stand LGBT à La Roche-sur-Yon

Ailleurs sur le web

Derniers articles