Un homme accusé d'avoir poignardé un automobiliste et mordu des policiers

La policière, mordue jusqu'au sang, devra suivre un traitement préventif de plusieurs semaines pour se prémunir d'éventuelles contaminations. [BERTRAND GUAY / AFP]

Un homme de 21 ans a été interpellé le 8 août dernier à Neuilly-sur-Marne, avant de tenter de tenter de s'échapper du commissariat la même nuit.

Une expertise psychiatrique a été demandée pour cet homme, sans casier judiciaire, qui est accusé d'avoir poignardé un automobiliste et mordu des policiers, rapporte Le Parisien.

Selon l’enquête, l'accusé, qui réside à Chelles et est originaire de Guadeloupe, aurait été pris en stop par un automobiliste, avant que la situation ne dégénère. La raison n'a pas été évoquée au procès, puisque l’audience a été renvoyée au 14 septembre, précise le quotidien.

Le conducteur — absent au procès — a été poignardé au niveau du bras et du torse, puis a été éjecté de sa voiture. Le passager violent a alors pris sa place au volant du véhicule, avec lequel il a pris la fuite. La victime est parvenue à donner l’alerte et un équipage de police de Neuilly-sur-Marne a retrouvé la trace de la voiture à Rosny. «C’est le conducteur qui s’est présenté à eux, expliquant qu’il avait été victime d’un accident, mais la voiture était déjà recherchée», raconte à nos confrères un proche de l’enquête. Des traces de sang ont été retrouvées dans l’habitacle et l'arme, un couteau, s’y trouvait toujours.

L'agresseur a été ramené au commissariat, sans montrer de résistance, dans un premier temps. Mais au moment de sortir de sa cellule de garde à vue pour rencontrer un médecin, il est devenu incontrôlable. «Il a mordu à quatre reprises une policière sous le bras, lui a arraché deux poignées de cheveux, un autre policier s’est fait mordre à la main et un adjoint de sécurité s’est blessé au bras pour le maîtriser», détaille un policier au média.

Incarcéré jusqu'au procès

L'automobiliste s'est vu prescrire six jours d’ITT (incapacité totale de travail). Quant aux fonctionnaires, un à sept jours ont été prévus. La policière, mordue jusqu'au sang, devra suivre un traitement préventif de plusieurs semaines pour se prémunir d'éventuelles contaminations.

Le médecin, qui a assisté à la scène, a finalement refusé d’examiner le jeune agresseur. Ex-militaire en 2014 et 2015, il travaille aujourd'hui comme intérimaire, vit chez ses parents et fume du cannabis. L’expertise psychiatrique ? «S’il le faut je le ferai mais moi je ne trouve pas ça nécessaire», assure-t-il.

L’audience a été renvoyée au 14 septembre et «vu l’état de dangerosité qu’il représente», à en croire la procureure interrogée par le quotidien, il demeurera en prison.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles