Un supporter du PSG condamné à six mois de prison ferme pour avoir voulu incendier une affiche de l’OM

Le supporter parisien voulait incendier l’affiche déployée par Adidas pour célébrer les 25 ans de la victoire olympienne en Ligue des Champions.[Capture d'écran Twitter @adidasFR]

Un supporter du PSG qui, en déplacement à Marseille, avait tenté d’incendier une affiche de l’Olympique de Marseille, a écopé d’un an de prison, dont six mois avec sursis, ainsi que d’une interdiction de se rendre dans les Bouches-du-Rhône.

L’homme, arrêté dans la nuit de dimanche à lundi, s’apprêtait à mettre le feu à l’affiche géante représentant un maillot de l’Olympique de Marseille, déployée par Adidas pour célébrer les 25 ans de la victoire olympienne en Ligue des Champions.

Équipé de deux fumigènes, d’une cagoule et de gants, il assure avoir prémédité son action dans le cadre d’un pari entre supporters parisiens. Il souhaitait filmer l’embrasement de l’immense affiche, mais, selon les informations de France Bleu, il aurait assuré au tribunal que cette vidéo était destinée à son usage personnel et non vouée à être publiée sur les réseaux sociaux.

Ancien militaire âgé de 37 ans, il aurait également expliqué avoir gardé une rancune tenace à l’encontre des supporters marseillais à la suite d’une agression à son encontre, il y a vingt ans. «Je suis rancunier, j’ai toujours gardé une dent contre les Marseillais», aurait-il déclaré pour justifier son geste, selon nos confrères.

Durant l’audience, le procureur avait réclamé une peine de deux ans de prison, comportant dix-huit mois ferme. Il a finalement été condamné à un an de prison dont six mois avec sursis. Une peine assortie d’une interdiction de se rendre dans les Bouches-du-Rhône ou dans une enceinte sportive pendant deux ans. Il doit par ailleurs indemniser le propriétaire du panneau, qui a été légèrement dégradé durant l’opération, et verser un euro symbolique à l’Olympique de Marseille.

Selon France Bleu, il a l’intention de demander le port d’un bracelet électronique afin d’éviter de purger sa peine de six mois en prison.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles