Le détenu disparu de la «prison ouverte» de Casabianda retrouvé mort dans un étang

Le centre de détention de Casabianda présente la particularité de ne pas avoir de murs d’enceinte.[PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP]

Un détenu de 43 ans, porté absent depuis la veille de la «prison ouverte» de Casabianda (Haute-Corse) a été retrouvé mort dans un étang proche ce mercredi soir.

«Le corps a été retrouvé dans l'étang d'Urbino», à une dizaine de kilomètres de la prison, «par un plaisancier», a indiqué la procureure de la République de Bastia, Caroline Tharot, citée par l’AFP.

«Il a été formellement identifié par le directeur adjoint du centre de détention de Casabianda comme celui du détenu recherché», a-t-elle précisé. «Une autopsie va être réalisée pour connaître les causes du décès», a ajouté la magistrate, qui a également évoqué une «suspicion de noyade».

Il avait été aperçu par des témoins avec ses affaires de baignade, les détenus ayant un accès libre à la plage jusqu’à 21h. Sa disparition avait toutefois été constatée quand il n’avait pas répondu à l’appel, ce mardi, à 17h45. D’importants moyens avaient alors été mobilisés pour le retrouver.

Condamné pour «viols aggravés» à douze ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Meurthe-et-Moselle, en 2014, sa fin de peine était prévue à fin 2021. Il n’avait «fait l’objet d'aucun rapport d'incident depuis son arrivée», selon Mme Tharot.

Le centre de détention de Casabianda présente la particularité de ne pas avoir de murs d’enceinte. Il dispose de 194 places, occupées aux deux-tiers par des délinquants sexuels. Depuis 1949, date de sa transformation en centre de détention, l'établissement n'a connu aucun suicide ou évasion. Les détenus, volontaires, sont soigneusement sélectionnés et savent qu’au moindre problème, ils risquent d’être renvoyés dans une prison traditionnelle.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles