Ils mettent leurs enfants aux enchères pour sauver une classe

Image d'illustration [ PATRICK HERTZOG / AFP ].

Les parents d’élèves de l’école de Roche-lez-Beaupré (Doubs) ont symboliquement mis aux enchères leurs enfants dimanche, pour protester contre la fermeture d’une des classes.

Depuis la rentrée, les 94 élèves doivent se répartir en trois classes, soit des groupes supérieurs à 30 élèves. Un papa interrogé par France 3 Bourgogne-Franche-Comté explique ainsi que l’opération de vente – fictive – des enfants cherchait à montrer qu’ils sont «considérés sous l’œil strict des statistiques et des budgets (et) ne sont plus qu’objets». Les écoliers «peuvent donc être échangés et vendus», poursuit-il.

Les écoles rurales en difficulté

Une initiative originale des parents d’élèves pour mettre en lumière les difficultés rencontrées par les écoles de campagne. Le maire de la commune ne le cache d’ailleurs pas. Si pour lui le dédoublement des classes de CP et CE1 en zone d’éducation prioritaire (mesure voulue par Emmanuel Macron) est une bonne chose, «il ne faudrait pas déshabiller le monde rural car nous avons aussi des problèmes. Il va falloir gérer et cela va devenir impossible pour les enseignements».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles