La ZAD près de Strasbourg évacuée par près de 500 gendarmes

Lundi matin, plus de 500 gendarmes mobiles ont évacué la Zad de Kolbsheim, où quelque 200 zadistes s'opposaient au démarrage du chantier d'une rocade autoroutière à l'ouest de Strasbourg (Bas-Rhin).

Des barricades de bois et de pneus ont été érigées par les manifestants sur la route départementale 93 survolée par un hélicoptère. Les premiers heurts ont opposé vers 6h30 les gendarmes et les zadistes, rapportent nos confrères de l'AFP.

Les forces de l'ordre sont intervenus à l'aide de gaz lacrimogène pour repousser une centaine de manifestants qui se trouvaient aux abords de la zone à défendre (ZAD) jusqu'à l'entre du village de Kolbsheim, quelques centaines de mètres plus loin.

Deux heures plus tard, le périmètre de la ZAD était bouclé par les forces de l'ordre et, selon plusieurs militants interrogés par l'AFP, plus aucun n'était présent sur le site.

«Les occupants irréguliers ont été écartés» et «les constructions illégales sont en cours de démolition», a fait savoir la préfecture dans un communiqué. Il n'y a pas eu d'interpellation, a-t-elle précisé à l'AFP.

Fin août, le préfet de la région Grand Est Jean-Luc Marx avait autorisé la construction par une filiale du groupe Vinci et la Sanef de ce contournement autoroutier de 24 kilomètres.

Comme ils l'avaient prévu en cas d'intervention des forces de l'ordre, les zadistes qui montaient la garde ont sonné le tocsin à l'arrivée des gendarmes, vers 5h30. «Dispersez-vous», ont crié les gendarmes à l'aide de porte-voix. «Résistance», ont répondu les zadistes.

Un projet évoqué dans les années 1970

Des discussions ont été entamés entre Dany Karcher, le maire de Kolbsheim, commune sur laquelle la ZAD était installée depuis près d'un an, et plusieurs autres élus avec la gendarmerie et le secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin, Yves Séguy.

Le projet de grand contournement ouest de Strasbourg (GCO), évoqué dès les années 1970, a régulièrement été abandonné. Il a depuis été relancé à la fin des années 1990. Il a pour but de délester l'autoroute A35 en absorbant le trafic du nord au sud de l'Alsace.

Pour les opposants, le projet entraînera la consommation de nombreuses terres agricoles et la mise en danger d'espèces protégées, dont le grand hamster d'Alsace.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles