En banlieue, des cités érigées au rang de monuments

Photo prise le 11 septembre 2018 des immeubles des Abraxas à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), conçus en 1978 par Ricardo Bofill. [Lionel BONAVENTURE / AFP] Photo prise le 11 septembre 2018 des immeubles des Abraxas à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), conçus en 1978 par Ricardo Bofill. [Lionel BONAVENTURE / AFP]

Un changement de regard sur les grands ensembles ? En Seine-Saint-Denis, les spectaculaires immeubles des Abraxas, lieu de tournage de plusieurs films, voient défiler les curieux. Et d'autres cités ont désormais un label qui distingue leur qualité architecturale.

"Le week-end, dès 07H00 du matin, quand je sors mon chien, il y a des gens ici. Ils se prennent en photos, font des vidéos", raconte Catherine Boukhiar, 59 ans, en montrant les marches du "Palacio", bâtiment principal des "Espaces d'Abraxas" situés à Noisy-Le-Grand.

"Il y a même des Coréens, des Allemands, des Américains qui viennent", ajoute Mareme Fall, 47 ans. Présidente d'une association d'habitants, elle vit depuis 14 ans dans cet ensemble de 600 logements, conçu en 1978 par le célèbre architecte catalan Ricardo Bofill.

Marquée par la démesure, la cité de béton rosé aux lignes futuristes, dont la place centrale évoque un théâtre antique, sert régulièrement de lieu de tournage: du film culte d'anticipation "Brazil" de Terry Gilliam (1985), au blockbuster américain "Hunger Games" (2014), en passant par le clip de "Ouragan" de Stéphanie de Monaco.

Dégradée et critiquée, à l'instar d'autres grands ensembles, elle a pourtant failli être démolie.

Aujourd'hui, l'objectif est tout autre: d'importants travaux sont en cours. Et la maire LR Brigitte Marsigny, qui entend bien faire des Abraxas un atout pour sa ville, a décidé d'y associer l'architecte d'origine.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles