Champs-Elysées : une figure du grand banditisme tuée dans un règlement de comptes

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'hypothèse du règlement de comptes est privilégiée, a indiqué une source policière.[GERARD JULIEN / AFP]

Une figure du grand banditisme a été tuée et un autre homme grièvement blessé dans un règlement de comptes dimanche matin dans le quartier des Champs-Elysées à Paris. Les deux hommes ont été pris pour cible par des agresseurs circulant en deux-roues.

Sophiane H., connu pour de nombreux braquages selon l'AFP, a succombé à ses blessures, à l'hôpital, après avoir été touché par plusieurs balles, a indiqué dimanche soir une source proche de l'enquête. Il se trouvait au moment des faits dans son véhicule, une Smart, en compagnie de l'homme grièvement blessé. 

Les deux victimes avaient été transportées entre la vie et la mort à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris, et à l'hôpital Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), a précisé une source policière.

Plusieurs impacts de balles ont été relevés sur la carrosserie. Des détonations en rafale ont été entendues par des témoins auditionnés par la police. Les faits se sont déroulés sur l'avenue George-V, dans le 8e arrondissement, aux alentours de 06H00 du matin, a ajouté la préfecture de police, confirmant une information du Parisien. 

Le deux-roues sur lequel se trouvaient les deux agresseurs a pris la fuite. Selon les premiers éléments de l'enquête confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne, l'hypothèse du règlement de comptes est privilégiée. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle. 

Soupçonné par la police d'une série de braquages

Âgé d'une quarantaine d'années, Sophiane H. est soupçonné par la police d'une série de vols à main armée et de braquages de fourgons blindés dans les années 1990 et 2000, précise l'AFP. Après plusieurs années de cavale, il avait été arrêté par la police en 2004.

En 2012, il avait été acquitté par la cour d'assises de Paris de l'attaque d'un fourgon blindé de la Brink's commis en mai 2002 en Seine-et-Marne. Deux hommes de l'entourage d'Antonio Ferrara ont en revanche été condamnés.

Sans jamais avoir pu l'établir avec certitude, Sophiane H. a été suspecté par la police d'avoir été l'organisateur principal de la spectaculaire «belle» de la prison de Fresnes, près de Paris, d'Antonio Ferrara le 12 mars 2003.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles