Tariq Ramadan dévoile les SMS de l’une de ses accusatrices

Tariq Ramadan, en 2012 [MEHDI FEDOUACH / AFP].

Accusé de viol, Tariq Ramadan s’est défendu lundi face aux juges en révélant des messages reçus de l’une de ses accusatrices. Selon lui, ils montrent que les relations étaient «souhaitées et consenties».

L’islamologue souhaite ainsi changer l’angle de sa défense, et décrédibiliser ses accusatrices. S’il ne nie plus les relations sexuelles, il a cherché à convaincre les juges que les deux femmes étaient d’accord pour les avoir.

Il a ainsi dévoilé des sms envoyés par Henda Ayari (l’une des plaignantes), que Franceinfo a pu se procurer. «Viens chez moi, je vais te faire oublier toutes les autres», «viens chez moi chéri, qu’on se fasse du bien, on en a besoin», lui aurait-elle écrit. Ou alors, de façon plus crue, «je suis ta petite chienne rien qu’à toi».

son avocat attaque la crédibilité de l'accusation

Pour l’avocat de Tariq Ramadan, Me Marsigny, ces messages prouvent que la qualification de viol ne tient pas. «Comment peut-on prétendre avoir été violée dans une chambre d’hôtel et avoir frôlé la mort, alors que dans les semaines qui suivent on harcèle monsieur Ramadan pour lui demander de le rejoindre à son domicile (…) ?», questionne-t-il. «Je souhaite que la justice regarde ce qu’elle doit regarder depuis le début, c’est-à-dire la crédibilité des accusations et des accusatrices, ce qui n’a pas été fait».

Tariq Ramadan est incarcéré depuis le 2 février 2018 après avoir été mis en examen pour viol et viol sur personne vulnérable.

À suivre aussi

Justice Mort du petit Tony à Reims : que risque-t-on en cas de non-dénonciation ?
Justice Patrick Balkany va-t-il recouvrer sa liberté ?
Le tribunal de Toulouse, le 21 octobre 2019, où est jugée Sophie Masala. [ERIC CABANIS / AFP]
Justice «Démembreuse» de Toulouse: une femme fragile qui bascule dans l’horreur

Ailleurs sur le web

Derniers articles