Ecosse : elle pose avec une chèvre en trophée et provoque la colère des internautes

Larysa Switlyk pose devant le cadavre d'une «belle chèvre sauvage sur l'île d'Islay en Ecosse». Larysa Switlyk pose devant le cadavre d'une «belle chèvre sauvage sur l'île d'Islay en Ecosse». [© capture Twitter @LSwitlyk]

Une ressortissante américaine adepte des trophées de chasse s'est récemment attirée les foudres de la twittosphère. En cause, des photos d'elle s'exhibant fièrement à côté d'animaux sauvages qu'elle venait d'abattre, en Ecosse.

C'est le dernier cliché en date sur le compte de Larysa Switlyk qui a déclenché la fureur des internautes, selon CNN. On y voit la chasseuse professionnelle, originaire de Floride, prendre la pose tout sourire derrière le cadavre d'une «belle chèvre sauvage sur l'île d'Islay en Ecosse». Un tweet accompagné d'explications, à mi-chemin entre folie de la gâchette et détails zoologiques : «Quelle chasse amusante ! Elles [les chèvres] vivent sur les bords des falaises et savent bien se cacher. Nous avons chassé dur pendant deux jours pour en trouver une grosse, et nous avons finalement réussi. J'ai fait un tir parfait de 200 mètres.»

L'Américaine était depuis début octobre dans les plaines écossaises, en compagnie de son ami Jason, pour une escapade dédiée à la chasse d'animaux sauvages. Ainsi, dans une autre publication, elle félicite son compagnon, qui pose aussi à côté d'une chèvre morte et qui mériterait, selon elle, une «médaille d'or» pour sa prise. Sans compter une autre photo diffusée mi-octobre, sur laquelle les deux amoureux des armes à feu posent devant le cadavre d'un cerf.

A noter qu'avant son périple en Ecosse, Larysa Switlyk avait déjà diffusé de nombreux clichés chocs, avec d'autres chèvres, un bélier ou encore un lièvre arctique, tués au cours de ses «safaris» autour du monde.

Vers une législation renforcée ?

Reste que la partie de chasse de Larysa Switlyk pourrait avoir des répercussions sur la législation. Car, face à la colère des habitants et de personnalités écossaises (la mère du tennisman Andy Murray a notamment qualifié la chasse de «scandaleuse»), les responsables politiques locaux n'ont pas tardé à réagir.

La Première ministre d'Ecosse, Nicola Sturgeon, a ainsi dit «totalement comprendre» que les images puissent offenser, et annoncé qu'une éventuelle interdiction serait étudiée. Michael Russell, membre du gouvernement écossais, a de son côté appelé au bannissement pur et simple de la chasse aux trophées sur le territoire écossais. Le Parlement écossais lui-même réfléchirait à prohiber cette pratique dans cette région aussi riche en faune qu'en flore.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles