La préfecture de l'Indre suspend l'activité d'un abattoir bio après la publication d'une vidéo de l'association L214

De nouvelles images publiées par l'association L214 montrent le quotidien de l'abbatoir de Boischaut, dans l'Indre. Une vidéo qui dévoile au grand jour comment les animaux sont tués, de manière très cruelle. Le préfet de l'Indre a ordonné la suspension provisoire et immédiate de son activité. 

La force des images dépasse tout commentaire. Des vaches tuées sauvagement, gisant sur le sol et d'autres animaux abattus de manière brutale. L214 a partagé une vidéo tournée dans l'abbatoir de Boischaut, dans l'Indre

A la demande du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, qui a dénoncé les «pratiques inacceptables» de l'établissement, le préfet de l'Indre, Seymour Morsy a ordonné la suspension provisoire et immédiate de l'activité de l'abattoir.

La Brigade nationale d'enquête vétérinaire a été mandatée pour diligenter une enquête administrative. «Des décisions appropriées seront ensuite prises», précise le ministre, dans un communiqué. 

Malgré un récent investissement de 1,6 million d'euros, de nombreux manquements apparaissent sur la vidéo. Les outils paraissent inadaptés et les règles d'hygiène ne sont pas toujours respectées. L'association demande de ce fait «la fermeture immédiate de l'établissement». 

L214 a également porté plainte auprès du procureur de la République de Châteauroux (Indre) pour «maltraitance et actes de cruauté». 

L'établissement de 17 salariés est certifié bio. Il avait été controlé au printemps 2016, comme l'ensemble des abattoirs français, dans le cadre d'un audit commandé par le ministère de l'Agriculture après la publication des premières vidéos publiées par L214.

A cette époque, l'inspection avait révélé des infractions, notées C et D, en particulier du côté de la tuerie des animaux. «Le rapport accablant des services vétérinaires avait déjà identifié des non-conformités majeures qu'on retrouve dans cette nouvelle enquête en 2018», a déploré Sébastien Arsac, le porte-parole de L214.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles