Marseille : un gagnant de l'Euromillions condamné pour possession d'une arme

L'homme de 34 ans a arrêté de travailler un mois après avoir touché le gros lot.[JOEL SAGET / AFP]

L'ancien habitant des quartiers Nord de Marseille était revenu là où il a grandi pour se procurer une arme, car il se sentait menacé. Il a été condamné à une amende de 12.000 euros. 

Sa vie a changé le 1er septembre 2017. Hachmi, 34 ans, est coursier dans l'entreprise de son oncle lorsqu'il apprend qu'il vient de remporter le gros lot : 28 millions d'euros. L'homme arrête de travailler un mois après avoir touché le pactole.

Celui qui a grandi dans les quartiers Nord de Marseille a flirté avec la petite délinquance dans le passé, puisqu'il a déjà été condamné pour escroquerie et vol. Il a depuis déménagé dans le Var, où il s'est offert trois luxueuses propriétés, selon La Provence. «J'ai beaucoup flambé dans tout et n'importe quoi. J'ai aussi donné de l'argent à ma famille, mes amis...».

Une nouvelle richesse qui attire des convoitises et le met dans une position vulnérable. «Je me fais régulièrement agresser et menacer. Des gens tentent de me racketter», explique-t-il lors de son jugement. 

«Le Omar Sharif du quartier»

Raison pour laquelle l'homme se décide de retourner dans les quartiers Nord de Marseille, à l'aide de l'un ses bolides, pour acheter une arme. Le 6 août, il est arrêté par les forces de l'ordre, étonnés de voir une telle voiture à cet endroit de la ville.

Emmené au commissariat, il demande à aller aux toilettes, alors que son arme de poing est caché au niveau de ses fesses. Les policiers ne la trouvent pas lors de la palpation. Il la cache derrière des balais avant que des policiers ne la découvrent, suite aux indications données par le millionnaire. Il l'avait achetée 300 euros quelques heures plus tôt.

«Comment saviez-vous qu'on pouvait en trouver dans le coin?», demande le président, lors du jugement. «J'ai passé trente-quatre ans dans ces quartiers, je sais où on peut avoir les bonnes et les mauvaises choses». 

Celui qui est défini comme «le Omar Sharif du quartier» par son avocat, devra s'acquitter d'une amende de 12.000 euros  pour acquisition, détention et transport d'arme. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles