Christophe Michalak et Action contre la Faim s'engagent contre la faim comme arme de guerre

Christophe Michalak est l'ambassadeur d'Action contre la Faim pour cette opération [Action contre la faim]

Ce lundi 12 novembre, à l'occasion du Forum de Paris sur la paix, l'ONG Action contre la Faim et son ambassadeur, le pâtissier Christophe Michalak, ont lancé la nouvelle campagne de sensibilisation #StopHungerCrime. L'objectif : dénoncer l'utilisation de la faim comme arme de guerre. 

Jean-François Riffaud, directeur de la communication et du développement d'Action contre la Faim, considère cette opération comme «un grand cri, une nécessité pour attirer l'attention du plus grand nombre, mais aussi celui des décideurs». «Il faut que chacun puisse manger à sa faim. La faim, c'est l'existence, la persistance, mais c'est aussi une véritable arme de guerre», explique-t-il, déplorant le fait que certaines organisations, dont l'ONU, «officialisent ce lien», mais n'agissent pas suffisamment. 

«Ça se développe de plus en plus», regrette le directeur de la communication de l'ONG, dont 90% des membres agissent sur le terrain. «Ils brûlent les champs, empoisonnent les puits... Quand le port d'Hodeïda (Yémen) est bloqué par les combats, c'est 80% de la nourriture qui ne rentre plus». 

Des armes transformées en couverts

Pour symboliser ces armes, l'ONG a décidé de fondre des douilles de balles non utilisées, pour les transformer en couverts. «Un geste fort, symbolique», a expliqué Jean-François Riffaud. «Ils sont très lourds, quand on les prend en main, il y a une forte odeur d'étain», ajoute Christophe Michalak.

couverts.png

«Lorsque les armes s'arrêtent, la faim recule», assure Jean-François Riffaud. «On le voit partout : au Yémen, où se déroule la plus grande catastrophe humanitaire à cause d'un conflit armé, en république démocratique du Congo, en Centrafrique...».

«Insupportable»

Fortement «touché» par ces problématiques, le pâtissier Christophe Michalak s'est engagé auprès de l'ONG il y a peu. «J'ai un emploi du temps très chargé», confesse-t-il, avant de préciser qu'il a décidé «de répondre présent» après réflexion. «J'ai eu la chance de ne pas connaître la guerre, mais ma grand-mère l'a vécue», explique celui qui se dit passionné d'Histoire. «Je ne peux pas créer de gâteaux alors que d'autres souffrent de carences, c'est pas possible ! La faim est invisible, et quand on fait un métier de plaisir, c'est insupportable». 

«En vieillissant, ça me touche de plus en plus», ajoute-t-il, alors qu'il lutte déjà contre le gaspillage alimentaire dans ses pâtisseries. Il envisage d'ailleurs d'aller «encore plus loin» avec l'aide de son épouse Delphine, en instaurant éventuellement un système de micro-don dans ses boutiques. «Si tout le monde s'y met, vous imaginez ? Il faut se mobiliser, se parler [entre professionnels des métiers de bouche], avancer... Il faut se bouger !», s'exclame-t-il. «Ce qui compte, c'est de donner à sa mesure, et le monde va changer», ajoute Jean-François Riffaud. 

Pour continuer sa prise en charge nutritionnelle, médicale, psychologique dans plus de cinquante pays, Action contre la Faim invite les Français à se mobiliser, en relayant le hashtag #StopHungerCrime sur les réseaux sociaux. Un appel déja suivi par certaines personnalités, comme les champions du Monde Raphaël Varane et Samuel Umtiti, ou encore Miss France 2015, Camille Cerf. 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

#StopHungerCrime @actioncontrelafaim

Une publication partagée par Raphaël Varane (@raphaelvarane) le

Vous aimerez aussi

Bernard Henri Lévy, philosophe et écrivain, à propos du slogan "suicidez-vous" scandé par des gilets jaunes
Interview Bernard-Henri Lévy à propos du slogan «Suicidez-vous» des gilets jaunes : «C'est abject»
Le Bitcoin et les cryptomonnaies ont vu leur statut fiscal modifié.
Interview Impôts sur le Bitcoin et les cryptomonnaies : «Le régime de la flat tax a le mérite de la simplicité»
Emmanuel Macron, lundi soir, lors de son déplacement à Notre-Dame de Paris.
Interview «Notre-Dame devient une métaphore du combat politique de Macron», selon le politologue Philippe Moreau-Chevrolet

Ailleurs sur le web

Derniers articles