Paris : un lionceau découvert dans une voiture de luxe

Le lionceau retrouvé sur les Champs-Elysées à Paris Le lionceau a été pris en charge par le Fondation 30 Millions d'Amis immédiatement après avoir été retrouvé. [HO / Fondation 30 Millions d’Amis / AFP]

Un lionceau a été trouvé à bord d'une voiture de luxe sur les Champs-Elysées à Paris (VIIIe arrondissement) peu avant 20 heures ce lundi 12 novembre, à l'occasion d'un contrôle de police.

Les agents en patrouille dans le quartier avaient été alertés par plusieurs messages faisant état du transport d'un animal ressemblant à un petit lion.

En approchant de la Lamborghini verte correspondant au signalement, ils découvrent alors un lionceau de couleur beige allongé sur le siège passager, accompagné de trois individus. Le conducteur était en train de prendre des selfies avec l'animal.

Agé de 33 ans, l'homme, originaire de l'Essonne (au sud de Paris), leur soutient qu'il s'agit de son chat. C'est alors que le propriétaire de la Lamborghini se présente aux policiers. Il leur indique que l'homme interpellé est son employé et que le véhicule est utilisé pour la location aux touristes.

Le conducteur du véhicule a été interpellé et placé en garde à vue. Quant au lionceau, il a été pris en charge par la Fondation 30 Millions d'Amis. D'après cette dernière, l’animal va bien, même si l’examen vétérinaire a décelé un «affaiblissement général, un problème de mobilité du train arrière, une difficulté à l’une des pattes postérieures et un sectionnement de la queue».

Plusieurs précédents en France

Ce n'est pas la première fois qu'un tel événement survient. En octobre 2017, un homme qui détenait un lionceau dans un appartement du Val-de-Marne avait été condamné à six mois de prison ferme par le tribunal de Créteil. Un autre lionceau avait été retrouvé quelques jours auparavant dans un garage automobile à Marseille.

En France, détenir un tel animal est illégal, sauf autorisation spéciale pour les particuliers et délivrance d'un certificat pour les éleveurs, selon le code de l'environnement. «Il faut absolument que les pouvoirs publics prennent des mesures pour arrêter ce qui est devenu un véritable trafic d’animaux sauvages sur le territoire national. Ces bébés, arrachés à leur mère, font l’objet de reventes à des particuliers. Nous avons sauvé six fauves en moins d’un an. Nos structures ne vont pas suffire si le trafic s’étend», s'alarme dans un communiqué Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d'Amis.

Vous aimerez aussi

Indonésie Un touriste russe arrêté à Bali avec un orang-outan drogué dans sa valise
trafic Philippines : 1.500 tortues retrouvées enveloppées avec du ruban adhésif
Russie Le commerce d'ivoire de mammouth fait des émules en Sibérie

Ailleurs sur le web

Derniers articles