«Gilets jaunes» : l'annulation de la hausse des taxes évoquée pour la première fois par le gouvernement

Benjamin Griveaux a émis l'hypothèse d'une annulation pure et dure de la taxe carbone afin d'apaiser la colère des gilets jaunes. [AFP]

Face à la grogne sociale liée à la pression fiscale, le gouvernement est prêt à lâcher du lest. Pour la première fois depuis le début de la crise, l'idée a été évoquée publiquement par Benjamin Griveaux.

Invité mercredi matin de RTL, le porte-parole du gouvernement a émis l'hypothèse d'une annulation pure et dure de la taxe carbone afin d'apaiser la colère des gilets jaunes et redynamiser ainsi la croissance du pays impactée par le mouvement social.

«On a entendu, on suspend, on va chercher des solutions ensemble. Et si à l'issue de cette phase de discussions, il n'y a pas de bonnes solutions qui ont été trouvées, on en tirera les conséquences. On ne fait pas de la politique pour avoir raison. On fait de la politique pour que ça marche. (...) Si on ne trouve pas de solution, on y renoncera», a lancé Benjamin Griveaux.

Édouard Philippe a annoncé mardi un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone, un gel des tarifs du gaz et de l'électricité cet hiver et aucun durcissement du contrôle technique automobile avant l'été. Dans le même temps, une vaste concertation conduite au niveau local du 15 décembre au 1er mars doit permettre de dégager des «mesures d'accompagnement justes et efficaces».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles