Pyrénées-Atlantique : elle harcèle les pompiers au téléphone, quatre mois de prison ferme

La jeune femme fait face à sa cinquième condamnation [FRANCOIS GUILLOT / AFP]

Une jeune femme originaire de Pau (Pyrénées-Atlantique) a été condamnée à quatre mois de prison ferme après avoir saturé plusieurs lignes téléphoniques et en particulier le 18, le standard des pompiers. 

Condamnée à cinq reprises pour des faits de harcèlements téléphoniques, Justine, âgée de 21 ans, occupait également en permanence les standards de la police municipale, de l'hôpital psychiatrique et du commissariat de police. Sortie de prison au mois d'août, la jeune femme, jugée «perturbée» par la justice, a immédiatement récidivé. 

Malgré son état psychiatrique, les juges ont une nouvelle fois choisi une sanction pénale pour Justine, estimant sa responsabilité «altérée mais pas complètement abolie», selon les informations de France Bleu.

Depuis 2015, les pompiers ont comptabilisé pas moins de 1.950 appels de la jeune femme, comportant «insultes, menaces, fausses alertes ou appels muets». 

«Que se passera-t-il le jour où l'opérateur ne prendra pas en considération sa demande, alors que la situation le justifiait? », a déclaré le commandant Julien Nozères, qui a précisé qu'au 18 «tout le monde reconnait sa voix». 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles