«Gilets jaunes», en direct : 179 interpellations, dont 144 gardes à vue à Paris

En ce cinquième week-end de mobilisation des «gilets jaunes», les manifestants ont été moins nombreux dans toute la France. Quelques incidents ont tout de même émaillé les différents cortèges à Paris, Toulouse ou encore Bordeaux. L'avenue des Champs-Élysées a été rouverte à la circulation avant 19 heures.

> 69.000 policiers et gendarmes sont mobilisés dans toute la France. 8.000 membres des forces de l'ordre sont déployés à Paris ce samedi, appuyés par 14 blindés. Des fouilles ont lieu en amont, notamment sur les routes, dans les gares et les transports en commun menant à Paris

> 66.500 manifestants dans toute la France dont 4.000 à Paris

> 179 interpellations dont 114 gardes à vue à Paris, selon le parquet de Paris. 9 blessés en urgence relative

9h

D'après la préfecture, 179 interpellations ont été comptabilisées à Paris samedi 15 décembre. Parmi elles, 144 ont débouché sur une garde à vue. 

Au total, 9 personnes ont été blessées et se trouvent en urgence relative. 

7h

L'Acte V n'aura pas mobilisé autant que les journées de manifestation précédentes. En témoigne le nombre de manifestants qui atteignait 4.000 à Paris sur la journée du samedi 15 décembre, contre plus de 10.000 samedi passé.

Le nombre de débordements a également beaucoup baissé. Seulement 168 personnes ont été interpellées dans la capitale alors qu'elles étaient au nombre de 1.082 le samedi 8 décembre.

De nombreux commerces ont pu reprendre une activité normale dès ce matin.

En revanche, à Bordeaux et à Toulouse, la mobilisation a été plus forte que sur la capitale.

REVIVEZ LA JOURNEE DU 15 décembre

23H24

Avec 4.500 manifestants dans les deux villes, Bordeaux et Toulouse ont vu défiler deux fois plus de «gilets jaunes» qu'à Paris.

Dans la capitale, ont été recensées par le parquet de Paris, peu après 18H00, 168 interpellations dont 114 gardes à vue . 7 personnes ont été légèrement blessées. Toutes les stations de métro ont rouvert avant 19H00.

21H27

L'autoroute A6, fermée par les autorités samedi matin dans les deux sens entre la Saône-et-Loire et le Rhône, par mesure de précaution, a été rouverte à la circulation, selon Bison Futé.

20H28

52 interpellations, dont 44 gardes à vue, ont eu lieu à Saint-Etienne en marge d'une manifestation de «gilets jaunes» qui a rassemblé 1.500 personnes. 

Le motif de leur interpellation concerne souvent «la participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens», ainsi que des violences sur forces de l'ordre et des outrages.

20H21

«La nuit dernière, une 8ème personne est décédée du fait de ce conflit, a déclaré sur Twitter le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, samedi soir. Les ronds-points doivent etre libérés et la securité de tous redevenir la règle.»

20H12

27 personnes ont été placées en garde à vue à Bordeaux où des heurts sporadiques ont opposé les forces de l'ordre à des manifestants.

La mobilisation des protestataires «contre les taxes» ou «pour un référendum d'initiative citoyenne» n'a néanmoins pas faibli, avec quelque 4.500 manifestants recensés dans l'après-midi par la préfecture, comme samedi dernier.

19H39

A Marseille, 2.000 personnes ont manifesté, selon la préfecture de police. Parmi eux, beaucoup de «gilets jaunes», mais aussi la CGT, le collectif de lutte contre l'habitat indigne et des lycéens.

La présence de militants des syndicats, portant drapeaux et marchant au rythme des mégaphones, a entraîné une certaine pagaille, de nombreux «gilets jaunes» refusant de manifester à leurs côtés. Le cortège s'est alors scindé en deux.

16 personnes ont été interpellées en marge de la manifestation, pour jets de pierre notamment. Un policier a été blessé par un jet de projectile. On ignorait en début de soirée, le degré de gravité de la blessure, a précisé la préfecture de police. 

19H26

66.000 manifestants ont été recensés, à 18H00, dans toute la France par le ministère de l'Intérieur, contre 126.000 samedi dernier à la même heure.

19H18

Après une nouvelle journée de manifestation des Gilets Jaunes à travers la France, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, s'est exprimé au micro de CNEWS.

18H51

A Paris, plusieurs stations de métro et de RER commencent à rouvrir.

18H46

4.500 personnes ont défilé dans le centre de Toulouse où des échauffourées ont opposé, en fin d'après-midi, des manifestants aux forces de l'ordre. La préfecture rapporte qu'il y a eu 29 interpellations.

18H11

Pour cet «Acte V» des «gilets jaunes», la mobilisation a été en nette baisse.

17H56

La circulation a repris sur les Champs-Elysées après l'évacuation des manifestants.

Cinq blessés légers ont été pris en charge par les secours à Paris, où 101 personnes ont été placées en garde à vue.

17H24

196 interpellations et 96 gardes à vue dénombrés en Île-de-France.

17H17

Le député de l'Eure Bruno Questel (LREM) a fait état samedi de coups de feu tirés avec des fusils de chasse devant son domicile vendredi soir et d'une «tentative d'intimidation de 40 "gilets jaunes"».

16H47

Sur les Champs-Elysées, les forces de l'ordre tentent de disperser les manifestants à l'aide de gaz lacrymogènes et canon à eau.

16H40

Au plus fort du rassemblement, environ 1.200 personnes ont défilé à Nantes, qui présentait des images de chaos ce samedi après-midi. Des gaz lacrymogènes ont complètement enfumé les rues du centre-ville. Cinq personnes ont été interpellées. Un policier a été blessé.

A Pau, des «gilets jaunes» ont investi le château afin de manifester leur mécontentement.

16H14

La préfecture a recensé, en milieu d'après-midi, 14 interpellations à Bordeaux, où 4.500 «gilets jaunes» ont manifesté. Un face à face tendu a eu lieu entre les forces de l'ordre et plusieurs centaines de personnes.

15H57

A Paris, 114 personnes ont été interpellées et 82 gardées à vue.

15h32

15h17

Des heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et des manifestants sur les Champs-Elysées dans l'après-midi. Jusqu'ici la manifestation était plutôt pacifique.

15H03

La mobilisation des «gilets jaunes» était en net recul samedi dans toute la France, avec quelque 33.500 manifestants à la mi-journée contre 77.000 comptabilisés à la même heure samedi dernier, selon des chiffres fournis par le ministère de l'Intérieur.

A Paris, 2.200 participants à l'acte V des «gilets jaunes» étaient recensés contre 10.000 voici une semaine, a précisé la place Beauvau.

14H52

La situation ne s’arrange pas sur les Champs-Elysées, où des tirs sont projetés entre la foule et les forces de l’ordre.

14H48

A Toulouse, les cortèges des «gilets jaunes» et de la CGT se sont rejoints pour faire manifestation commune. Ce matin, comme dans d'autres villes, une minute de silence avait été observée sur le périphérique en hommage aux victimes de l'attentat de Strasbourg.

14H44

Selon une journaliste de CNEWS présente sur la place de l'Opéra, les gilets jaunes tentent de quitter les lieux, mais la tension est palpable avec les forces de l'ordre, qui tentent de les disperser mais veulent en même temps éviter qu'ils se rassemblent dans d'autres endroits de la capitale.

14H27

Selon la préfecture de police, 95 personnes ont été interpellées et 63 placées en garde à vue. La semaine dernière, à la même heure, on dénombrait 598 interpellations et 475 gardes à vue.

14H19

La préfecture de police a dénombré «moins de 3.000 manifestants» à Paris vers 14h.

14H07

François Hollande a estimé samedi que le mouvement des «gilets jaunes» tirait sur la fin, lors d'une séance de dédicace au théâtre municipal de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). «Le mouvement des 'gilets jaunes' est, je pense, dans sa phase de conclusion», a-t-il déclaré à la presse, dans la ville de Frédéric Cuvillier, ancien ministre et très proche de l'ancien président.

 «Il y a un mouvement qui a duré déjà longtemps et qui doit trouver, je pense, son dénouement, et c'est ce que beaucoup espèrent, mais ça ne veut pas dire qu'il n'y aura pas dans l'avenir, s'il y a d'autres raisons, des mouvements qui se lèveront."

14H01

13H41

La tension monte place de l'Opéra, à Paris, entre les manifestants et les forces de l'ordre.

13H32

Les Marseillais ont prévu plusieurs manifestations ce samedi 15 décembre. Celle des gilets jaunes, qui a débuté à 10h30 s'est déroulée en musique mais dans le calme.

12H48

Un conducteur est mort vendredi à Erquelinnes, commune belge située à la frontière, en percutant un camion arrêté par un barrage des «gilets jaunes» mobilisés côté français, a-t-on appris samedi auprès de la préfecture du Nord.

«L'accident a eu lieu à la jonction entre la N40 et N54, après un ralentissement provoqué en France par des 'gilets jaunes' au nord de la commune de Jeumont», a précisé à l'AFP la préfecture, qui a été informée par les autorités belges, confirmant une information de la Voix du Nord. Il s'agit du septième mort en marge des manifestations des «gilets jaunes».

12H44

La préfecture de police de Paris fait état de 46 gardes à vue à Paris à la mi-journée, contre 335 samedi dernier à la même heure.

12H24

En région parisienne, 79 personnes ont été interpellées, un chiffre en nette baisse par rapport à samedi dernier.

11H31

Selon la préfecture de police, 59 personnes ont été interpellées depuis ce matin en Île-de-France.

11H15

Des centaines de manifestants, contenus par des gendarmes, ont franchi le blocage des forces de police pour remonter en direction de l'Arc de triomphe. D'autres sont toujours bloqués par les forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogène.

11H07

Aux Champs Elysées, la circulation a été rouverte, et l'ambiance est plutôt calme, bien que le dispositif policier soit impressionnant.

11H00

La préfecture de police de Paris vient de communiquer un premier chiffre de mobilisation. Elle fait état d'«au moins 1.000 manifestants» dans la capitale.

10H57

Les «gilets jaunes» sont toujours bloqués sur les Champs-Elysées.

10H52

Des «gilets jaunes» se sont mis à genoux place de l'Opéra à Paris, de la même façon que les jeunes interpellés à Mantes-la-Jolie.

10H46

37 personnes au total ont été interpellées depuis ce matin en Île-de-France.

10H31

Des femmes déguisées en Marianne, seins nus, ont fait face aux forces de l'ordre sur les Champs-Elysées.

10H16

Les «Gilets jaunes» aimeraient rejoindre la place de l'Opéra mais pour l'instant, les forces de l'ordre bloquent le passage.

10H07

36 personnes ont été interpellées depuis ce matin.

10H03

«J’appelle solennellement les Gilets Jaunes qui ont maintenu leur consigne de manifester dans les rues de Bordeaux à défiler pacifiquement et à se séparer des casseurs et des voleurs qui ont dévasté la ville samedi dernier», a tweeté Alain Juppé.

09H24

Christophe Castaner a tweeté au sujet des contrôles préventifs autour de la mobilisation des «gilets jaunes».

09H58

32 personnes ont été désormais interpellés en Île-de-France.

09H36

Certains manifestants comptent bien rester mobilisés, tant à Noël qu'au jour de l'An.

09H11

25 personnes ont été interpellées en Île-de-France : 10 à Paris, et 15 lors de contrôles préventifs en périphérie, a annoncé à la préfecture. Samedi dernier, à cette heure, 278 personnes avaient déjà été arrêtées en région parisienne.

08H48

Pour ce gilet jaune, invité de la Matinale de CNEWS, les différentes annonces du président de la République ne sont pas satisfaisantes.

08H39

08H15

Les forces de l'ordre se mettent en place pour l'acte V du mouvement des gilets jaunes. A Paris, 14 blindés sont mobilisés, ils seront 20 en tout en France.

07H30

Eric Drouet, l'un des meneurs du mouvement, a appelé à un sit-in, ce matin, sur la place de l'Opéra à Paris. 

07H06

Découvrez les prévisions de trafic RATP pour ce samedi 15 décembre.

06H42

Ni les mesures dévoilées lundi par le chef de l'Etat - hausse de 100 euros des revenus au niveau du Smic en passant par une revalorisation de la prime d'activité, exemption de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros par mois... - ni les appels à «suspendre» le mouvement après l'attentat du marché de Noël de Strasbourg mardi soir n'ont entamé la détermination des «gilets jaunes». Eric Drouet, un des initiateurs du mouvement a lancé : «C'est le moment où justement il ne faut pas lâcher», dans une vidéo sur Facebook.

Vendredi 14 décembre

23H28

Un mois après le début de leur mouvement, émaillé de violences et dégradations, les «gilets jaunes» maintiennent la pression. Mais certains prônent toutefois l'apaisement.

Samedi dernier, la quatrième journée de mobilisation a rassemblé 136.000 manifestants en France, selon le ministère de l'Intérieur, et s'est soldée par un nombre record d'interpellations (près de 2.000), plus de 320 blessés et des dégâts et affrontements dans plusieurs villes, comme Paris, Bordeaux et Toulouse.

19H12

Les députés ont confirmé vendredi en commission le gel de la taxe sur les carburants et une hausse accélérée de la prime d'activité, et se sont prononcés pour une première mesure d'aide au financement des annonces d'Emmanuel Macron dans la crise des «gilets jaunes».

Lors de la nouvelle lecture du projet de budget 2019, la commission des Finances a voté pour un des leviers afin d'augmenter de 100 euros par mois les salariés au Smic, comme promis par Emmanuel Macron.

Comme le Sénat mardi dernier, elle s'est prononcée pour avancer, du 1er avril au 1er janvier 2019, la bonification à 30 euros de la prime d'activité, et permettre la création d'une seconde «bonification individuelle»; 600 millions d'euros de crédits ont été ouverts.

La commission a aussi validé la disposition de gel de la taxe carburants, jusqu'en 2022, qu'avait introduite le Sénat (à majorité de droite). Cela revient à supprimer la hausse en 2019 de 3 centimes sur l'essence et 6 centimes sur le gazole, et au total, d'ici 2022, de 10 centimes sur l'essence et 19 centimes sur le gazole.

L'Assemblée s'achemine également vers un ajustement des crédits de la mission Ecologie, en conséquence de l'annulation de la hausse de fiscalité sur le carburant, comme voté en commission.

Ces articles devront être votés de nouveau dans l'hémicycle, à partir de lundi.

18H38

Matignon a annoncé que l'augmentation des salaires fonctionnaires prévue le 1er janvier ne s'appliquera pas aux salaires du président de la République, du Premier ministre et des ministres.

Ils resteront donc à leurs niveaux actuels en 2019, soit 15.140 euros bruts mensuels pour le président et le Premier ministre, 10.093 euros pour les ministres et 9.559 euros pour les secrétaires d'État.

18H13

Tous les magasins parisiens des sociétés du groupe Kering (Gucci, Saint Laurent, Boucheron...) seront fermés samedi.

Le groupe Galeries Lafayette a indiqué de son côté que l'ensemble de ses magasins français Galeries Lafayette et BHV, y compris les magasins parisiens Galeries Lafayette Haussmann et BHV Marais, seraient ouverts samedi. Ils seront également ouverts normalement dimanche, «sur des horaires exceptionnellement étendus», a souligné le groupe dans un communiqué.

Le Printemps Haussmann sera ouvert lui aussi samedi, de 12H00 à 20H45.

17H43

La circulation des transports en commun, notamment du métro, sera fortement perturbée samedi 15 décembre.

17H09

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé vendredi que les primes exceptionnelles versées par les entreprises volontaires à leurs salariés seraient défiscalisées jusqu'à 1.000 euros, et que les salariés touchant jusqu'à 3.600 euros mensuels net y seraient éligibles.

16H40

La France «a besoin de retrouver un fonctionnement normal», a déclaré Emmanuel Macron en marge du sommet européen à Bruxelles. «J'ai apporté une réponse» aux demandes des «gilets jaunes», a dit le chef de l'Etat à l'issue du sommet européen. «Le dialogue (...) ne se fait pas par l'occupation du domaine public et par des violences.»

La chancelière allemande Angela Merkel a, de son côté, dit qu'elle était «convaincue» que le chef de l'Etat allait poursuivre ses réformes.

10h05

La préfecture de police de Paris devrait reconduire samedi un dispositif «semblable» à celui de la semaine précédente. Environ 8.000 membres des forces de l'ordre et 14 blindés de la gendarmerie sont mobilisés. 

Jeudi 13 décembre

19H38

L'Assemblée nationale a rejeté sans surprise, jeudi soir, la motion de censure de la gauche contre le gouvernement d'Edouard Philippe, pour sa gestion de la crise des «gilets jaunes».

Les trois groupes de gauche - Socialistes, Insoumis, et Communistes - voulaient faire entendre les «cris du peuple» lancés par les «gilets jaunes» avec cette motion, et condamner «la politique sociale et fiscale injuste conduite depuis dix-huit mois» par le gouvernement.

Aux voix de gauche, ce sont ajoutés les votes du député LR Franck Marlin, des députés RN, de Nicolas Dupont-Aignan et de Jean Lassalle.

Pour que la motion soit adoptée, il aurait fallu qu'elle soit votée par 289 députés sur 577.

18H09

Le Premier ministre Edouard Phillipe a confirmé jeudi le report de la réforme constitutionnelle, dont l'examen devait débuter en janvier. Elle est reportée après la fin du grand débat local de trois mois décidé face au mouvement des «gilets jaunes».

L'exécutif souhaite laisser la porte ouverte à des ajouts ou des modifications de la révision des institutions «pour tenir compte des éventuelles modifications qui seront souhaitées par les Français à l'occasion du débat», a souligné le chef du gouvernement dans sa réponse à une motion de censure déposée par la gauche.

«Ce sujet mérite, si nous voulons le prendre au sérieux, de décaler l'examen du projet de loi de révision constitutionnelle.» L'exécutif souhaite que les grands débats locaux qui doivent se tenir entre mi-décembre et le 1er mars apportent des réponses institutionnelles sur «comment mieux les associer à la prise de décision» ou «comment mieux représenter les sensibilités politiques», a dit Edouard Philippe.

L'immigration, ajouté au débat par Emmanuel Macron lundi soir, sera bien à l'ordre du jour, mais pas sous la forme d'un thème distinct comme cela était envisagé initialement. Le débat comportera finalement quatre thèmes: transition écologique, fiscalité, démocratie et organisation de l'État dans les territoires.

16H13

Les députés du Rassemblement national (RN, ex-FN) voteront jeudi la motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement, a indiqué Marine Le Pen, la présidente du parti.

«J'ai donné une délégation de vote (à) mes collègues députés pour voter cette motion de censure, a déclaré la députée du Pas-de-Calais à Lille, où elle devait siéger au conseil régional des Hauts-de-France. Je n'ai pas beaucoup d'espérance, je sais très bien qu'en réalité elle ne sera pas votée pour une raison simple: la République en marche est majoritaire à l'Assemblée nationale.»

Elle avait pourtant dénoncé une volonté de la gauche, avec cette motion de censure, de «se faire de la publicité sur le dos de la crise» des «gilets jaunes», alors que les extrêmes veulent éviter d'être taxés de récupération de ce mouvement populaire né sur les réseaux sociaux.

15h14

Un «projet de loi» avec les mesures annoncées par Emmanuel Macron sera présenté en Conseil des ministres mercredi, a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe. 

13h18

Le match Guingamp - Rennes, prévu dimanche, est reporté «à la demande de la préfecture des Côtes d'Armor». 

08h20

Le gouvernement n'a «à ce stade pas décidé d'interdire les manifestations» des «gilets jaunes» qui se tiendront samedi, mais les appelle à être «raisonnables» après l'attentat de Strasbourg et à «ne pas manifester», a indiqué jeudi son porte-parole Benjamin Griveaux.

Maintenant que leur colère s'est «exprimée», «a été entendue» par le gouvernement, et qu'il y a «répondu», «ce que nous vous demandons, en responsabilité, c'est d'être raisonnables samedi et de ne pas aller manifester», a déclaré M. Griveaux sur Cnews à l'adresse des «gilets jaunes».

«À ce stade, nous n'avons pas décidé d'interdire les manifestations qui se tiennent samedi» dans toute la France, a-t-il dit sur Cnews, jugeant qu'il serait «facile» de le dire mais que cela n'empêcherait pas «les personnes souhaitant casser, piller, de se rendre dans les rues».

«Il n'est pas raisonnable de manifester», a-t-il insisté, car «nos forces de l'ordre et de sécurité ont été mises à contribution énormément ces dernières semaines», et «au regard» de l'attentat de Strasbourg, «il serait préférable que ce samedi chacun puisse, de manière apaisée, vaquer à des occupations d'un samedi avant les fêtes de famille de fin d'année plutôt que de manifester et mettre à nouveau à contribution nos forces de l'ordre».

La ministre de la Justice Nicole Belloubet avait estimé mercredi que «le mouvement d(evait) cesser», compte tenu de l' «événement dramatique» de Strasbourg et des «réponses apportées par le président de la République» aux revendications des «gilets jaunes».

«Ce n'est pas à nous de de dire si un mouvement doit cesser ou pas», avait ensuite rappelé Benjamin Griveaux, tout en estimant que l'exécutif avait «mis sur la table de quoi permettre l'ouverture d'un dialogue».

07h01

Un manifestant de 23 ans est mort à la sortie Avignon Sud de l'A7 , dans la nuit de mercredi à jeudi, après avoir été percuté par un poids lourd.

Le conducteur du camion ne s'est pas arrêté et a été interpellé un peu plus tard. Il est actuellement en garde à vue, a expliqué une source proche du dossier à CNews. L'enquête a été confiée à la Sûreté départementale du Vaucluse.

Il s'agit du sixième décès en marge du mouvement «gilets jaunes».

REVIVEZ LA JOURNÉE DU 12 DÉCEMBRE

23H11

Trois «gilets jaunes» impliqués, lundi, dans une course-poursuite et le passage à tabac d'un chauffeur de poids lourd, qui avait forcé un de leur barrage à Ottmarsheim (Haut-Rhin), ont été mis en examen mercredi par un juge d'instruction de Mulhouse. Les trois individus sont poursuivis pour violences en réunion avec arme et mise en danger de la vie d'autrui. Au moins l'un d'eux a été placé en détention provisoire, rapporte l'AFP.

Le transporteur de 30 ans avait forcé le barrage, arrachant la signalétique, mais sans blesser personne, alors qu'un «gilet jaune» était couché sur la route devant son camion. Dans l'énervement, il avait pointé un pistolet à grenailles et tiré deux fois en l'air avant de prendre la fuite.

Après avoir été pris en chasse, une bagarre a éclaté entre le conducteur du poids lourd et ses poursuivants. Des coups auraient été portés de part et d'autre, notamment avec une barre de fer. Le chauffeur routier a toutefois réussi à remonter dans la cabine de son camion et à reprendre sa route, forçant semble-t-il le second point de blocage. Et ce sont finalement les gendarmes, alertés, qui avaient réussi à stopper le 33 tonnes non loin de Fessenheim, une vingtaine de kilomètres plus au nord.

L'homme a sérieusement été blessé. Il a été pris en charge par les pompiers et transporté à l'hôpital où une interruption totale de travail (ITT) de 45 jours a été délivrée en raison de fractures aux bras et aux cervicales. Toujours hospitalisé, il n'a toujours pas été entendu par les enquêteurs.

12h44

La Ligue de football professionnel a reporté le match Nantes-Montpellier, qui devait avoir lieu samedi à Nantes.

C'est le préfet de Loire-Atlantique qui a demandé ce report, parce qu'une manifestation de «gilets jaunes» aura lieu ce jour-là.

Revivez la journée du 11 décembre

20h36

Le président du parti Les Républicains (LR) Laurent Wauquiez a appelé mardi soir les "gilets jaunes" à ne pas manifester samedi, estimant qu'"on ne construira rien sur des décombres" dans une allusion aux violences survenues lors des derniers rassemblements.

18h28

L'Elysée vient d'annonce qu'il n'y aura pas d'augmentation des tarifs bancaires en 2019. Par ailleurs, les frais pour incidents bancaires seront plafonnés à 25 euros mensuels pour les plus pauvres.

18h19

Le préfet de Loire-Atlantique a demandé le report du match Nantes-Montpellier prévu samedi.

18h11

Le Sénat à majorité de droite a approuvé mardi en première lecture l'ensemble du projet de budget 2019 par 200 voix contre 98 et 45 abstentions. Largement modifié par les sénateurs, le texte inclut le gel de la hausse de la taxe carburants, proposé par la droite, et désormais validé par le gouvernement.

18h03

La Conférence des évêques (CEF) a appelé mardi les catholiques et les non-catholiques à se retrouver dans des "groupes d'échanges", "partout", afin de "surmonter" la "crise des giletsjaunes". "Notre pays n'est pas encore sorti de la crise dite +des gilets jaunes+", une "crise révélatrice d'un malaise très profond et très ancien, qui engendre une grave défiance envers les responsables politiques", écrit la CEF, après la tenue de son "conseil permanent" (sorte d'exécutif). Or "il serait à coup sûr très dommageable que cette situation délétère se prolonge", ajoute-t-elle.

17h41

Marine Le Pen n'a pas donné de consigne pour samedi aux "gilets jaunes", dont certains souhaitent à nouveau se mobiliser après les annonces d'Emmanuel Macron, mais a rappelé le droit constitutionnel à "manifester". "Je n'ai jamais appelé à manifester depuis le début de ce mouvement. Pour une raison simple: c'est que ce n'est pas moi qui suis décideur, c'est le peuple français qui s'exprime, ce sont les gilets jaunes qui s'expriment", a expliqué la présidente du Rassemblement national (RN, ex-FN) dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

17h23

Céline Roy, porte-parole des "gilets jaunes" à Vesoul, a été condamnée mardi à deux mois de prison avec sursis pour avoir bloqué un train et organisé une manifestation non déclarée.

16h47

Les heures supplémentaires seront défiscalisées et exonérées de cotisations sociales «dès janvier 2019», a précisé mardi à l'Assemblée nationale la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

16h07

Christophe Castaner, interpellé par des syndicats de journalistes dénonçant des "dérapages inadmissibles" des forces de l'ordre lors des manifestations des "gilets jaunes", a invité mardi les victimes de ces violences policières à porter plainte. "Si des journalistes ont eu à souffrir de l'emploi de la force par des unités de police ou de gendarmerie, il invite ceux-ci à déposer plainte au plus vite ou à procéder à un signalement sur la plateforme internet de l'inspection générale de la police nationale", a affirmé le ministre de l'Intérieur, dans un communiqué.

16h01

Les menaces et dégradations visant des élus sont «gravissimes», vient d'annoncer Edouard Philippe.

15H25

«Nous voulons que l'ensemble des gens qui sont payés au smic puissent effectivement bénéficier d'une augmentation de 100 euros.»


Edouard Philippe ouvre la porte à une modification du dispositif de la prime d'activité pour que les foyers fiscaux qui n'en bénéficient pas mais dont l'un des membres est payé au smic puisse aussi profiter de cette annonce présidentielle.

15H19

Devant les députés, Olivier Faure a déploré des mesures «made in Sarkozy», notamment avec la défiscalisation des heures supplémentaires.

15H12

«Le président de la République a entendu la colère qui s'exprimait et il a pris les mesures qui s'imposaient», s'est félicité Edouard Philippe, lors de sa première réponse aux députés.

15H01

Le premier ministre Edouard Philippe répond dès 15 heures aux questions des députés, au lendemain d'une série de mesures annoncées par Emmanuel Macron lors d'une «adresse à la nation» vue par 23 millions de téléspectateurs.

12H22

Les députés PS, Insoumis et communistes vont déposer ce mardi une motion de censure contre le gouvernement pour sa gestion de la crise des «gilets jaunes». Cette motion devra être soumise au vote de l'Assemblée nationale au moins 48h après son dépôt. 

12H07

Plusieurs organisations patronales, parmi lesquelles le Medef, ont salué les mesures annoncées par Emmanuel Macron, et espèrent qu'elles calmeront la grogne sociale. «Les mesures annoncées en matière de pouvoir d'achat sont de nature à répondre aux attentes exprimées, sans pénaliser la compétitivité des entreprises», a estimé le Medef tandis que la CPME s'est réjouie la défiscalisation et la désocialisation des heures supplémentaires. 

12H03

Le député LR Eric Ciotti demande au chef de l'Etat que soient payées «avant le 31 décembre» les millions d'heures supplémentaires accumulées par les forces de l'ordre et non rémunérés. 

11H27

Le président du MoDem, François Bayrou, a salué les annonces d'Emmanuel Macron. «Ce que le président de la Républoique a dit est très important, c'est un nouvel acte qui s'ouvre, pas seulement du quinquennat, mais depuis trente ans que couvent ces problèmes», a-t-il souligné. 

11H17

Selon le porte-parole du gouvernement, Benjamin Grivaux, 70% des retraites ne seront plus concernés par la hausse de la CSG grâce à la mesure annoncée lundi par le président. «Avant, 40% des retraités n'étaient pas concernés par le 1,7 point supplémentaires. Avec cette annulation, c'est 70% des retraites qui ne paient plus l'augmentation de la CSG», a-t-il précisé. 

10H28

Fermé depuis les incidents du 1er décembre, l'Arc de Triomphe rouvrira finalement ses portes au public mercredi 12 décembre, indique le Centre des monuments nationaux dans un communiqué. «Tous les réseaux et équipements indispensables à la sécurité et au bon fonctionnement du monument auront été rétablis et révisés. Certains éléments mobiliers, notamment ceux de la librairie boutique, auront fait l’objet de réparations provisoires dans l’attente d’une remise à neuf», précise encore le CMN.

10H00

L'entourage de Nicolas Sarkozy confirme que l'ancien chef de l'Etat a été reçu vendredi dernier à l'Elysée par Emmanuel Macron. Les deux hommes ont notamment parlé de la défiscalisation des heures supplémentaires - mesures annoncées lundi - ainsi que la question du retour à l'ordre. 

09H28

L'allocution d'Emmanuel Macron a été suivie lundi soir par plus de 21 millions de téléspectateurs, selon les premiers chiffres de Médiamétrie. 

08h47

Eric Woerth a appelé sur CNEWS les «gilets jaunes» à «lever le camp des ronds-points» et à «reprendre la vie». «A un moment donné, comme disaient les syndicats, il faut savoir arrêter un mouvement», a-t-il souligné, interrogé par Jean-Pierre Elkabbach. 

Sur les annonces, le président de la commission des finances de l'Assemblée nationale a évoqué des «mesures immédiates et concrètes». «La baisse de la CSG pour un certain nombre de retraités, c'est un premier pas», a-t-il estimé. 

08H35

Revenant sur le coût des mesures annoncées la veille par le chef de l'Etat, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand indique que la France va devoir «sans doute creuse le déficit». Cette hausse du déficit public ne sera «pas massive» et sera «strictement temporaire», a-t-il ajouté au micro de RTL. 

07H05

Interrogé sur CNEWS ce mardi matin, Benjamin Cauchy, porte-parole des «gilets jaunes libres», s'est dit déçu des annonces d'Emmanuel Macron la veille. «Une première étape a été franchie mais il n'y a pas eu de changement de cap politique», a-t-il souligné. 

Revivez la journée du 10 décembre

23H50

Le mouvement des «Gilets jaunes» pourrait se structurer politiquement. Hayk Shahinyan, figure du mouvement, a indiqué sur France 2 qu'une liste «gilets jaunes» pourrait être présentée aux élections européennes de 2019. «Nous avons envie d'investir le champ politique», a-t-il souligné. 

23H00

Selon Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des comptes publics, le coût des mesures annoncées par Emmanuel Macron lors de son allouction s'élève à  «entre 8 et 10 milliards d'euros». «Nous sommes en train de le préciser, de voir aussi comment nous allons le financer». 

22h57

Le chef de file de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a appelé les «gilets jaunes» à de nouveau se mobiliser samedi pour l'acte 5 du mouvement social.

22h03

La réaction de Benoît Hamon sur CNEWS après l'allocution d'Emmanuel Macron.

21h39

Le ministère iranien des Affaires étrangères a exhorté les Iraniens vivants ou en visite en France à «être prudents et à ne pas se rendre dans les lieux de manifestations et de violence».

21h10

«Face à la contestation, Emmanuel Macron renonce à une partie (une partie seulement) de ses errements fiscaux et c'est tant mieux, mais il refuse d'admettre que c'est le modèle dont il est le champion qui est contesté: la mondialisation sauvage, la financiarisation de l'économie, la concurrence déloyale, le libre échange généralisé, l'immigration de masse et ses conséquences sociales et culturelles. Il recule pour mieux sauter.», a réagi Marine Le Pen, présidente du RN, après l'allocution d'Emmanuel Macron.

20h55

«Le président a écouté son peuple. Je salue les avancées qui vont dans le bon sens», a témoigné sur CNEWS Jacline Mouraud, égérie des «gilets jaunes».

20h25 

D'autres réactions de personnalités politiques du pays :

20h21

Jean-Luc Mélenchon vient de réagir à l'allocution d'Emmanuel Macron :

20h13

Fin de l'allocution d'Emmanuel Macron.

20h09

Pas de rétablissement de l’ISF, vient d'indiquer le chef de l'Etat.

20h07

4 mesures phares viennent d'être annoncées par Emmanuel Macron :

Augmentation de 100 euros nets par mois au SMIC dès janvier 2019

Désocialisation et exhonération des heures supplémentaires dès janvier 2019 

Instauration d’une prime exceptionnelle versée par les employeurs aux salariés

Annulation de la hausse de la CSG pour les retraites inférieures à 2000 euros

20h06

«C'est l'état d'urgence numérique et social que je veux décréter»

20h04

«Je prends ma part de responsabilités. Si je me suis battu pour bousculer le système politique en place, c'est parce que je crois en ce pays et que je l'aime». Emmanuel Macron fait désormais son mea culpa.

20h

L'allocution du chef de l'Etat débute. «Aucune colère ne justifie qu'on s'attaque à un gendarme, à un commerce». Emmanuel Macron revient d'abord sur les violences de ces dernières semaines. «Il y a des revendications légitimes»

19h34

Info CNEWS. L'allocution d'Emmanuel Macron de ce soir ne sera pas en direct. Elle a été enregistrée en fin de journée et durera un peu moins de treize minutes.

19h31

Il y a eu plus de 4.500 interpellations depuis le 17 novembre.

17h06

Emmanuel Macron doit revenir lundi soir sur la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes s'il veut avoir une chance de "renouer le lien" avec les Français, demande l'association 40 millions d'automobilistes. "M. Macron n'a plus le choix: il doit revenir ce soir sur la limitation de la vitesse à 80 km/h" instaurée en juillet dernier, a déclaré Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, farouchement opposée à cette mesure.

14h59

Emmanuel Macron n'a rien dévoilé de ce qu'il comptait annoncer lundi soir, ont indiqué plusieurs participants, dont le patron de la CFDT Laurent Berger, à l'issue d'une longue réunion avec les élus et partenaires sociaux à l'Elysée.

Le président de la République n'a donné «aucun élément» sur le contenu de son allocution télévisée, a indiqué Laurent Berger. «Aucune mesure n'a été annoncée, le président nous a simplement écoutés. Ce qu'on a entendu, c'est qu'il y aurait du concret, du solide», a déclaré Hervé Morin président de Régions de France.

10H25

Début de la réunion à l'Elysée. Au total, 37 personnes y participent, dont le Premier ministre Edouard Philippe, douze membres du gouvernement, les principaux syndicats et le patronat, ainsi que les présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat et des associations de collectivités locales. 

09H35

Alors que l'allocution du chef de l'Etat est très attendue, la majorité plaide pour une accélération des baisses des taxes. «Notre mandat, c'est la baisse des taxes. On s'est engagé là-dessus, et on est en train de le faire, mais peut être trop lentement. Donc, oui, peut-être il faut accélérer sur des suppressions de taxes, les rendre plus concrètes», a ainsi souligné Stanislas Guerini, nouveau délégué général de La République en Marche. 

07H50

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie a estimé que les dégradations commises lors des manifestations des «gilets jaunes» vont «faire perdre 0,1% de croissance» au dernier trimestre 2018. Dimanche, le ministre avait déjà déploré une «catastrophe pour notre économie». 

06H30

Le président va tenter de reprendre la main ce lundi 10 décembre, à l'issue de l'acte IV des «gilets jaunes». A 10h, il lance une grande consultation à l'Elysée, recevant partenaires sociaux et élus avant de s'adresser à la nation à 20h. Emmanuel Macron présentera des «mesures concrètes et immédiates», a assuré dimanche la ministre du Travail Muriel Pénicaud. 

La journée du 9 décembre

21H48

Le syndicat Solidaires a annoncé qu'il ne se rendrait pas lundi à l'Elysée où il a été convié avec les autres syndicats, afin de ne pas se prêter au «plan de communication» du gouvernement, selon lui.

«Nous ne pensons pas que dans cette période le rôle des organisations syndicales soit de discuter" avec un président et un gouvernement aux abois, alors même que des centaines de personnes sont encore en détention pour simplement avoir voulu manifester contre la politique de ceux qui nous invitent à discuter», a déclaré Solidaires dans un communiqué, précisant ne pas vouloir se «substituer à celles et ceux qui se mobilisent depuis plusieurs semaines», en référence au mouvement des «gilets jaunes».

19H57

Emmanuel Macron «s'adressera à la Nation» lundi à 20 heures, depuis le palais présidentiel.

L'Elysée n'a pas fourni davantage de précisions sur cette intervention attendue. Le président, qui recevra lundi matin partenaires sociaux et élus, devrait annoncer «des mesures concrètes et immédiates» pour répondre à la crise, selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

19H49

Lors d'une conférence de presse dimanche, le procureur de Paris, Rémy Heitz, a dressé le portrait des nombreuses personnes interpellées samedi.

1.723 arrestations ont eu lieu en France au total, en lien avec les manifestations de «gilets jaunes». A Paris uniquement, 1.082 personnes ont été interpellées -un nombre record- pour plus de 900 gardes à vue.

Dimanche matin, 396 gardes à vue avaient été levées à Paris : 284 procédures ont été classées sans suite et 108 individus mis en cause ont été déférés au parquet. Dans les quatre autres cas, soit le parquet de Paris s'est dessaisi, soit la garde à vue a été levée pour raison médicale.

Les autres gardes à vue, soit plus de 500, étaient toujours en cours, a précisé le parquet.

18H03

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a assuré dimanche sur LCI qu'il n'y aurait pas de «coup de pouce» supplémentaire au Smic, au-delà de la hausse de 1,8% attendue en janvier, car une telle mesure détruirait des emplois.

«Le coup de pouce au Smic on sait que ça détruit des emplois, donc ça n'est pas la bonne méthode», a-t-elle déclaré. «Si on augmente tous les salaires de façon automatique, il y a plein d'artisans et de commerçants qui vont mettre la clef sous la porte, ou alors ils vont augmenter les prix et personne ne pourra se payer le service.»

16H30

Lundi à 10H00, le chef de l'État recevra également les présidents des associations d'élus, du Sénat, Gérard Larcher, de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand et du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Patrick Bernasconi, en même temps que les partenaires sociaux, a annoncé l'Elysée.

«Le président de la République a souhaité réunir l'ensemble des forces politiques, territoriales, économiques et sociales dans ce moment grave que traverse la Nation, afin d'entendre leurs voix, leurs propositions et avec pour objectif de les mobiliser pour agir», a-t-on expliqué de même source.

15H50

Les cinq syndicats représentatifs (CGT, CFDT, FO, CFE-CGE et CFTC), ainsi que trois organisations patronales (Medef, CPME et U2P) seront reçus lundi à 10H00 par le président de la République Emmanuel Macron à l'Élysée, a appris dimanche l'AFP de sources syndicales.

08h45

Au total, 1.723 personnes ont été interpellées dans toute la France samedi, à l'occasion de l'acte IV de la mobilisation des «gilets jaunes», et 1.220 ont été placées en garde à vue, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur dimanche.

Quelque 136.000 personnes ont participé à cette nouvelle journée de mobilisation, soit le même nombre que le 1er décembre, a précisé la place Beauvau.

REVIVEZ LA JOURNÉE DU 8 DÉCEMBRE

23H17

La situation s'est calmée sur la place de la République à Paris, marquée par les stigmates des affrontements entre casseurs et forces de l'ordre.

22H54

En fin d'après-midi, la maire de Paris Anne Hidalgo a déploré «des scènes de chaos» et des «dégâts incommensurables» pour l'économie et l'image de la ville.

22H07

La situation reste tendue sur la place de la République à Paris.

22H00

Barricades incendiées en pleine rue piétonne décorée pour Noël, épais gaz lacrymogène faisant disparaître la cathédrale et la mairie : le centre de Bordeaux a connu samedi de gros débordements.

Jusqu'en fin de soirée, dans le centre-ville de Bordeaux, de petits groupes ont mis le feu à des barricades, du mobilier urbain, et ont dégradé des vitrines et plusieurs banques, avant d'être dispersés par les forces de l'ordre.  Plusieurs personnes ont été interpellées.

Un jeune homme a eu la main arrachée par une grenade qu'il avait ramassée quand elle lui a explosé dans la main, selon une source judiciaire.

21H53

Un magasin de sport a été pillé samedi soir sur la place de la République.

21H28

La circulation a repris sur les Champs-Elysées.

20H53

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez ont rencontré les forces de l'ordre sur l'avenue des Champs-Elysées.

20H35

La place de la République constitue le dernier point de tension à Paris. Des incidents sont également en cours à Bordeaux et à Toulouse.

20H13

Des cortèges pour la mobilisation des «gilets jaunes» et ceux pour la manifestation contre le climat étaient également présents en régions.

19H45

La préfecture de police a indiqué que 920 personnes ont été interpellées à Paris, dont 619 ont été placées en garde à vue.

19H28

Le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner se sont exprimés lors d'un point presse à 19H20, en direct de la place Beauvau.

Christophe Castaner a indiqué qu'à 18H, le nombre de manifestants dans toute la France s'élevait à 125.000. A Paris, ils étaient 10.000. 118 manifestants et 17 membres des forces de l'ordre ont été blessés.

Il y a également eu 1.385 interpellations et 974 personnes placées en garde à vue dans toute la France.

19H17

Eric Drouet, l'un des initiateurs du mouvement des «gilets jaunes» a été entendu samedi matin par la police judiciaire de Versailles pour son appel à «rentrer» dans l'Elysée.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour «provocation à la commission d'un crime ou d'un délit» et «organisation d'une manifestation illicite».

19H05

A Paris, les Champs-Elysées ont été en partie évacuer par les forces de l'ordre. Plusieurs «gilets jaunes» sont rassemblés aux alentours de la gare Saint-Lazare.

18h28

La résidence secondaire du ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a été vandalisée la nuit dernière, dans le Finistère.

18H07

Les tensions sont toujours vives à Paris, où des scènes de pillages ont été observées.

17H59

La figure d'extrême gauche Julien Coupat a été interpellé samedi matin dans le nord de Paris.

17H44

Des échauffourées ont éclaté samedi à la tombée de la nuit sur la Canebière à Marseille entre les forces de l'ordre et des centaines de manifestants encagoulés, à l'issue d'une marche pour le climat et d'une manifestation de «gilets jaunes» qui s'étaient déroulées auparavant dans le calme.

Des centaines de jeunes gens, pour la plupart masqués ou encagoulés, qui descendaient vers la Canebière par une avenue perpendiculaire, ont été dispersés vers 17h00 par des jets de gaz lacrymogènes lancés par les policiers, a constaté l'AFP.

Dans les rues avoisinantes, de petits groupes de manifestants se confrontaient aux policiers, au milieu d'épaisses fumées provoquées par les lacrymogènes et par des incendies de poubelles.

Un blindé bleu de la gendarmerie est intervenu en renfort, suivi de plusieurs mini-cars des forces de l'ordre, tandis qu'un hélicoptère survolait la zone.

La préfecture de police a indiqué avoir procédé à onze interpellations dans le département des Bouches-du-Rhône dont 7 à Marseille, précisant que la manifestation des marcheurs pour le climat qui a rassemblé 10.000 personnes sur le Vieux-Port en début d'après-midi, était en train de se disperser. Dans la matinée, 2.000 "gilets jaunes" avaient défilé également dans le calme dans le centre de Marseille.

17H18

A Bruxelles, près de 400 personnes ont été interpellées et un policier a été blessé au visage. Il a été transporté à l'hôpital, «mais ses jours ne sont pas en danger», a expliqué à l'AFP Ilse Van De Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles.

Certains «gilets jaunes» ont jeté des projectiles, notamment des pavés, sur les forces de l'ordre à hauteur du quartier des institutions européennes, entièrement fermé à la circulation des véhicules et des piétons, a-t-elle ajouté.

La police a été contrainte de faire usage de canons à eaux et de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants.

17H11

Neuf personnes ont été interpellées à Nantes, en marge de la marche pour le climat qui a rassemblé 3.000 personnes.

La manifestation a été marquée par des jets de projectiles et des dégradations de mobilier urbain.

16H53

A Paris, les Gilets jaunes ont rejoint la marche pour le climat place de la République.

Cinq individus ont été arrêtés ce matin à Bordeaux, alors qu'ils tentaient de rejoindre Paris.

16H49

La manifestation de plusieurs milliers de «gilets jaunes» à Lyon a été marquée par de violentes échauffourées entre groupes armés de bouteilles et fumigènes lancés contre les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes.

Aux cris de «Macron démission», «Macron rends le pognon», le cortège avait défilé dans un calme relatif dans la Presqu'île, au centre de la ville, entre Rhône et Saône, en début d'après-midi. Arrêtés quelques minutes devant l'Hôtel de Ville, les manifestants ont entonné : «On n'entend plus chanter Gérard Collomb», maire de la ville et ancien ministre de l'Intérieur.

Puis la tension est rapidement montée quand la manifestation a voulu se diriger vers la préfecture sur la rive opposée du fleuve. Vers 16H00, neuf personnes avaient ainsi été interpellées.

Des heurts violents ont ensuite éclaté place Bellecour.

16H31

Des scènes de pillage ont été constatées à Paris.

16H19

1.000 personnes ont été interpellées en France, 720 ont été placées en garde à vue.

A Paris, 651 personnes ont été interpellées, et 536 placées en garde à vue, a annoncé la préfecture de police.

16H17

La situation se tend à Paris, notamment aux alentours de la place de la Madeleine, où policiers et manifestants se font face.

15H57

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué la «violence disproportionnée» des autorités françaises face aux «gilets jaunes».  

La Turquie est «à la fois contre les scènes de chaos provoquées par les manifestants et contre la violence disproportionnée qui leur est opposée», a-t-il poursuivi lors d'un discours à Istanbul, ajoutant qu'il suivait la situation «avec préoccupation».

15H42

30 blessés, dont 3 parmi les forces de l'ordre.

15H38

À Montauban, les «gilets jaunes» prennent parti pour les lycéens arrêtés ce mercredi par les forces de l'ordre.

15H34

Des incidents sont en cours dans le quartier de la Guillotière, à Lyon.

15h28

A Lille, la manifestation, qui réunit plusieurs centaines de personnes, se déroule dans le calme. De brefs remous ont eu lieu lorsqu'une personne a été interpellée sans que l'on sache pour quelle raison pour l'instant. 

15h

Quelques gilets jaunes ont rejoint la marche pour le climat, qui réunissait en début d'après-midi environ 2000 participants. La situation était très calme, les manifestants défilant calemement à partir de la place de la Nation.

14H56

De brèves échauffourées ont éclaté rue de Bretagne, près de la mairie du IIIe arrondissement de Paris. 

14H19

Info CNEWS. L'humoriste et polémiste Dieudonné a été vu sur les Champs Elysées aux côtés des «gilets jaunes».

14h10

Info CNEWS. Un hôtel situé Avenue de Friedland à Paris a été attaqué par des casseurs.

14h09

Le Drugstore de Publicis sur les Champs Elysées a été attaqué par des casseurs.

13h56

Info CNEWS. Des militants d'ultra gauche, des gilets jaunes radicalisés, des collectifs de quartier et des syndicats de cheminots, d'enseignants et de postiers sont acuellement sur les Grands Boulevards à Paris.

13h50

Les blindés de la gendarmerie entrent en action avenue Marceau pour aider les pompiers à intervenir sur un feu allumé par des casseurs.

13h27

Nouveaux chiffres communiqués par l'Intérieur : on compte 31.000 manifestants en France, pour 700 interpellations.

13h17

Une barricade est en train d'être dressée par des «gilets jaunes» boulevard Bonne Nouvelle au niveau du restaurant Mc Donald's.

13h09

Info CNEWS. Des feux de poubelles ont été constatés sur les Champs Elysées où la tension n'est toujours pas retombée.

12h58

Info CNEWS. Le trafic sur le périphérique parisien demeure perturbé par la présence de «gilets jaunes» sur la chaussée, à hauteur de Porte Maillot.

12h57

À Sainte-Eulalie, dans la banlieue bordelaise, les manifestations des «gilets jaunes» se font sans heurts. 

12h32

Au total, 2.300 manifestants ont été recensés à 10H00 en Ile-de-France dont 2.100 à Paris, indique l'AFP

12h30

Info CNEWS. Une quarantaine de militants de l'ultradroite ont été recensés dans le secteur de l'Arc de Triomphe. Par ailleurs, une centaine de membres de l'ultragauche sont présents à Opéra.

12H20

Certains «gilets jaunes» manifestent également à Bruxelles (à la gare du midi, à la gare centrale et dans le quartier européen), où les forces de l'ordre ont procédé à une cinquantaine d'interpellations. 

11h48

À Grenoble, Julien Terrier, un des leaders des «gilets jaunes» a été interpellé. Selon les informations obtenues par l'AFP, il serait l'organisateur de la manifestation non autorisée qui se déroule actuellement dans la ville. Plusieurs interpellations ont été effectuées à Grenoble, depuis le début de la matinée. 

11h37

Un millier de «gilets jaunes» ont défilé samedi matin à Marseille depuis le Vieux Port vers la préfecture de région, précédés d'une dizaine d'ambulanciers qui ont rejoint le mouvement avec leurs véhicules, gyrophares allumés.

11h24

Comme c'est le cas depuis un mois maintenant, les «gilets jaunes» ont occupé l'actualité ces derniers jours. Retour sur une nouvelle semaine de mobilisation.

 

11h18

Info CNEWS. Une personne a été interpellée dans le cadre du vol d'un fusil d'assaut appartenant aux policiers samedi 1er décembre.

11h11

Plusieurs grands magasins parisiens mais aussi des monuments et des musées sont restés fermés ce samedi à Paris.

11h

Dans une brève allocution, Edouard Philippe a indiqué que la police avait interpellé à 11h 481 personnes. 211 d'entre elles sont en garde à vue.

10h44

Information CNEWS. Des «gilets jaunes» ont installé un barrage filtrant sur le périphérique parisien à hauteur de porte Maillot.

0273138c-573c-49e3-8b79-2abf2313ebf2.jpg

@CNEWS

10h39

Lors des nombreuses fouilles effectuées depuis ce matin, les forces de l'ordre ont notamment confisqué du matériel de protection (protège tibias, casque de vélo...) à des manifestants.

1af345d6-4961-4412-bad8-3c65dee40ca3.jpg

10h37

La situation est de plus en plus tendue à l'angle des Champs-Elysées et de la rue Arsène Houssaye. Les manifestants envoient des projectiles sur les policiers qui répliquent par des gaz lacrymogènes. On compte 354 interpellations partout en France.

10h29

Des manifestants ont essayé d'ériger un barrage rue Arsène Houssaye, ils en ont été empêchés par les CRS.

10h24

Premiers jets de gaz lacrymogène des policiers rue Arsène Houssaye.

10h21

La mobilisation est forte en province aussi. Plusieurs péages autoroutiers et sorties d'autoroute sont bloqués, selon Vinci.

10h11

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu à 10h00 au ministère de l'Intérieur, place Beauvau, a annoncé son entourage.

09h51

La tension est montée d'un cran à l'angle de la rue de Berri et de l'avenue des Champs-Elysées où policiers et une partie des manifestants se font face. Le calme est maintenant revenu.

09h48

La situation se tend de nouveau sur les Champs-Elysées. Les policiers ont brièvement chargé les manifestants.

09h41

La préfecture de Police de Paris vient de dévoiler des photos montrant le contenu de coffres de voiture de manifestants interpellés à des péages.

0b67504a-0321-4198-88ef-ac6ad46512ae.jpg28313317-1550-4c73-8a4e-56f78a2162f4.jpgc97f49bb-d01a-4449-a784-ee91d53ad707.jpg

09h37

Un calme précaire semble revenu sur les Champs-Elysées après plusieurs minutes tendues. Les «gilets jaunes» remontent vers la Place de l'Etoile.

09h27

«Gilets jaunes» et CRS se font désormais face sur les Champs-Elysées. La situation se tend.

09h15

On dénombre désormais 317 interpellations.

09h11

Une partie du dispositif sécuritaire déployé aujourd'hui à Paris a fuité sur Internet.

09h09

Les gilets jaunes qui étaient regroupés depuis tôt ce matin place de l'Etoile marchent désormais sur les Champs-Elysées en direction du palais de l'Elysée et de la place de la Concorde.

09h03

L'A10 est fermée dans les deux sens aux abords de Bordeaux après des heurts et des débordements.

08h54

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner était ce matin à la rencontre des forces de l'ordre mobilisées.

08h40

Selon les derniers chiffres de CNEWS, 278 personnes ont été interpellées et 32 autres sont en garde à vue.

08h14

Le jour se lève peu à peu sur Paris et la situation reste très calme. Plusieurs rassemblements de «gilets jaunes» sont prévus aujourd'hui dans la capitale dont à Bastille et République où des violences sont redoutées.

08h12

Selon les informations de CNEWS, la police a déjà procédé à 121 interpellations.

08h03

Scène étonnante place de l'Etoile à Paris indique l'un des envoyés spéciaux de CNEWS. Un prêtre parisien est venu bénir les manifestants et les policiers.

07h58

En raison des blocages de dépôts pétroliers, des centaines de stations essence sont en pénurie de carburant

07h44

34 personnes ont déjà été placées en garde à vue indique une source à l'AFP. Il s'agit de personnes venues de région, âgées d'une trentaine d'années sur lesquels ont été retrouvés des masques, des frondes, des marteaux ou des pavés.

07h30

Ultimes protections pour les vitrines des boutiques parisiennes.

07h24

Les policiers procèdent aux premières fouilles de «gilets jaunes« place de l'Etoile à Paris, signale l'envoyé spécial de CNEWS.

07h21

Les forces de l'ordre sont présentes en nombre place de la Bastille.

07h01 

La situation est calme pour le moment place de l'Etoile et sur le rond-point des Champs-Elysées à Paris. La police quadrille le secteur, les premiers «gilets jaunes» arrivent. Des blindés de la gendarmerie sont prépositionnés en bas des Champs-Elysées.

06H41

Les éditorialistes de presse s'attardent dans leur grande majorité sur la mobilisation des «gilets jaunes» ce samedi.  «Comment a-t-on pu en arriver là en l'espace de trois semaines ?» s'interroge le Courrier de l'Ouest. «Ce samedi est un jour clé et sans doute décisif dans la déjà longue et chaotique révolte incarnée par les gilets jaunes», écrit les DNA. «Il pourrait y avoir des morts, l'Elysée pourrait être pris d'assaut, ce serait la montée inexorable vers la révolution, des armes à feu circuleraient parmi les casseurs» s'inquiète le Journal de Haute-Marne.

REVIVEZ LA JOURNÉE DU 7 DÉCEMBRE

22h27

Cinq représentants des «gilets jaunes» ont rencontré Edouard Philippe. Ils estiment avoir été «entendus, écoutés» par le Premier ministre.

22h02

21h05

Emmanuel Macron s'est rendu au fort de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) pour y rencontrer des gendarmes mobiles. 

Accompagné du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, du secrétaire d'Etat Laurent Nuñez et du directeur-général de la gendarmerie Richard Lizuret, il «a prononcé quelques mots d'encouragement et de remerciement pour leur engagement», a précisé l'Elysée. 

20h50

La RATP a annoncé la fermeture au public de 36 stations et gares. 

La liste complète des stations touchées est disponible sur le site de la RATP.

20h33

Un supermarché de Haute-Loire employant 130 salariés a fermé ses portes pour une durée indéterminée, privé d'approvisionnement par un blocage. 

20h20

Un homme de 31 ans, bien connu de la justice, a été arrêté à Ajaccio à proximité d'un lycée. Il incitait les élèves à «casser et brûler des pneus». 

«Ce matin à 10h30 devant le lycée professionnel Antonini, il était en train d'inciter les jeunes [...], en leur disant qu'il fallait faire comme à Paris» a expliqué Eric Bouillard, procureur d'Ajaccio. 

Il a été placé en garde à vue pour «rébellion» et «incitation à commettre des dégradations aux abords d'un établissement scolaire», passible de sept ans de prison. 

19h19

Vingt-huit cocktails Molotov «prêts à l'emploi» et trois bombes artisanales ont été saisis sur un rond-point occupé par des «gilets jaunes» à Montauban (Tarn-et-Garonne). 

Deux hommes étaient en garde à vue dans la soirée, a indiqué la préfecture. Une enquête a été ouverte par le procureur pour «transport de substances ou produits explosifs, les peines encourues pouvant aller jusqu'à dix ans d'emprisonnement», ont précisé les autorités. 

18h43

Les hôpitaux parisiens ont mis en place «un dispositif de vigilance renforcé» avec «des renforts médicaux et non-médicaux», a annoncé l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

18h21

Une vingtaine de stations de métro seront fermées samedi à Paris. Charles de Gaulle Etoile, Bastille, Concorde, Opéra, Madeleine, seront notamment fermées «à la demande de la police»

17h54

A la veille de «l'acte IV» du mouvement des «gilets jaunes», le gouvernement a publié une courte vidéo sur son compte Twitter pour rappeler les «règles du droit de manifester»

17h40

68% des Français soutiennent le mouvement des «gilets jaunes», selon un sondage OpinionWay, un chiffre stable par rapport à l'enquête de la semaine dernière. 

Selon un autre sondage (Ipsos pour Challenges), 58% des sondés souhaitent que le mouvement se poursuive pendant la concertation de trois mois prévue par le gouvernement sur la transition écologique, du 15 décembre au 1er mars. 

17h37

Matignon a fait savoir que le Premier ministre Edouard Philippe allait recevoir des «gilets jaunes libres» à Matignon ce soir, à 20h30.

17h12

Dans le Pas-de-Calais, le préfet Fabien Sudry a interdit les rassemblements dans quatre communes du département de samedi, à minuit, jusqu'à dimanche midi. 

16h48

La Chambre de commerce et d'industrie de Paris Ile-de-France (CCI) a recommandé aux commerces parisiens qui ouvriront samedi de filtrer leurs entrées et de protéger leurs locaux. 

Dans un communique, la CCI conseille «de fermer leurs établissements au sein et à proximité du périmètre de protection ainsi que de protéger leurs biens en mettant en place des protections pour les vitres et façades». 

16h18

Plusieurs dizaines de «gilets jaunes» ont fait irruption en début d'après-midi au siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon. «Entre cinquante et cent» personnes ont forcé l'entrée du bâtiment avant d'organiser un sit-in «dans le calme» dans le hall, demandant à être reçu par le président LR de la région Laurent Wauquiez. 

Une délégation de dix personnes a été reçue après 14h par le vice-président, Etienne Blanc. 

16h07

Le dépôt pétrolier de Lucciana a été bloqué pendant quelques heures. 

15h51

Sur son site Internet, le ministère belge des Affaires étrangères a conseillé à ses ressortissants de «reporter leur séjour» à Paris samedi et dimanche. Il recommande à ceux qui s'y rendent malgré tout de respecter certaines «mesures de précaution», en particulier d'éviter «les foules», «les lieux symboliques», et les «zones touristiques». 

15h25

Le député du Pas-de-Calais Benoît Potterie (LREM) a reçu une balle par courrier à sa permanence. Elle était accompagnée d'un message manuscrit : «la prochaine fois tu la prends entre les deux yeux». 

«Je suis surpris car j'ai toujours été dans le dialogue et l'apaisement, et suis allé à plusieurs reprises à la rencontre les 'gilets jaunes'», a expliqué cet opticien de profession. Il a porté plainte. 

15h04 

Plusieurs dizaines de «gilets jaunes» ont pénétré vendredi en début d'après-midi dans le siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon, a-t-on appris auprès de la préfecture.

14h51

Les Galeries Lafayette, le Printemps et le BHV seront fermés samedi à Paris.

14h01

Plusieurs préfectures ont annoncé vendredi avoir interdit la vente et le transport de carburant, d'engins pyrotechniques et de produits inflammables ou chimiques, à la veille d'une journée de mobilisation des "gilets jaunes" et de possibles violences. Dans un communiqué, la préfecture de Gironde indique vouloir "limiter l'achat et le transport de carburants et d'artifices de divertissement ainsi que des alcools non consommables et tous produits inflammables ou chimiques", valables de vendredi à lundi matin, dans le but manifeste de prévenir la confection d'engins incendiaires.  La Vienne et la Charente-Maritime, des départements marqués par des blocages de "gilets jaunes" depuis le début du mouvement, ont pris des dispositions similaires, ainsi que la Creuse où l'arrêté préfectoral restera valable jusqu'au 2 janvier 2019.

13h43

L'un des initiateurs du mouvement des "gilets jaunes", Eric Drouet, qui a appelé à "rentrer" dans l'Elysée samedi, est visé par une enquête pour "provocation à la commission d'un crime ou d'un délit" et "organisation d'une manifestation illicite", a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Paris.

13h15

Les hôpitaux parisiens ont mis en place "un dispositif de vigilance renforcé", avec "des renforts médicaux et non-médicaux" à la veille d'une journée qui pourrait être le théâtre de nouvelles violences à Paris.

12H58

«Nous appelons à ne pas venir manifester à Paris. La France des oubliés s'exprimera en région», a déclaré Benjamin Cauchy, figure des gilets jaunes (et plus exactement des «gilets jaunes libres») et Jacqueline Mouraud.

12H33

Dans un communiqué commun, le préfet du Tarn-et-Garonne et le procureur de la République ont annoncé que 28 cocktails Molotov «prêts à l'emploi» et trois bombes artisanales ont été saisis vendredi matin sur un rond-point occupé par des Gilets jaunes, à Montauban, à la veille d'une nouvelle manifestation.

Une enquête a été ouverte par le procureur de la République du chef de «transport de substances ou produits explosifs, les peines encourues pouvant aller jusqu'à 10 ans d'emprisonnement», souligne les autorités qui craignent samedi «de très graves débordements» à Montauban.

12H15

La grève des routiers n'aura pas lieu : après FO, la CGT a également levé vendredi son appel à la grève, considérant désormais comme «sécurisés» les taux de rémunération des heures supplémentaires des chauffeurs, a déclaré à l'AFP Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT-Transports.

Compte tenu des «engagements pris par les organisations patronales et le gouvernement sur le respect des majorations de 25% et 50% des heures supplémentaires», la CGT considère que ces taux sont «sécurisés», a expliqué M. Michaud. FO, qui avait appelé avec la CGT à faire grève à partir de dimanche soir, en plein mouvement des gilets jaunes, avait plus tôt dans la matinée déjà annoncé la levée de son appel.

11H14

Interrogé sur la vidéo montrant l'interpellation, à genoux et mains sur la tête, de 151 jeunes, en marge des heurts et des manifestations lycéennes à Mantes-la-Jolie (Yvelines), le ministre invite à la «replacer dans un contexte» de violences commises par des jeunes ce jour-là.

Christophe Castaner s'est engagé à «rendre publiques les conclusions des enquêtes» qui seront menées au sujet de l'interpellation à genoux des 151 jeunes de Mantes-la-Jolie (Yvelines).

11H07

«J'ai décidé de porter plainte à l'intention de M. Dupont-Aignan qui s'envergogne (sic) à dire à l'Assemblée nationale que ce sont 'les petits casseurs de M. Castaner qui ont saccagé l'Arc de triomphe'», a annoncé Christophe Castaner. 

«On verra si ce monsieur osera nous opposer son statut de parlementaire. Il ajouterait alors la honte à l'indignité», a précisé le ministre de l'Intérieur. «Ces trois dernières semaines ont fait naître un monstre qui a échappé à ses géniteurs», a-t-elle déclaré.

10H50

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'exprime en direct depuis la place Beauvau, concernant le dispositif des forces de l'ordre qui sera mis en place demain à Paris. «Le mouvement des gilets jaunes est né d'une colère sourde, venue de loin», déclare-t-il en introduction. «Il faut distinguer l'expression légitime de cette colère des violences inacceptables». 

«Partout en France, la mobilisation de la police est totale. Un dispositif de grande envergure va être mis en place partout en France demain», assure le ministre. «Tout laisse à penser que les éléments radicaux vont tenter de se mobiliser samedi», ajoute-t-il. Christophe Castaner confirme par ailleurs que 89.000 membres des forces de l'ordre seront mobilisés en France, dont 8.000 à Paris.

10H07

La préfecture du Pas-de-Calais a annoncé vendredi avoir pris des arrêtés d'interdiction de rassemblements de gilets jaunes samedi et dimanche, dans plusieurs points sensibles du département. Ces arrêtés s'inscrivant «dans le cadre de la loi de la sécurité intérieure» concernent quatre endroits donnant notamment accès au réseau autoroutier, sur quatre communes, dont Calais, de vendredi minuit à dimanche midi.

09H16

Rémy Heitz, procureur de Paris, a annoncé avoir pris des réquisitions à l'approche de la nouvelle mobilisation des gilets jaunes samedi, afin de permettre aux policiers d'interpeller des personnes venues «en découdre avec les forces de l'ordre».

«Nous avons déjà pris des réquisitions pour le week-end à venir permettant de contrôler l'identité des personnes» en amont des manifestations, a-t-il déclaré sur RTL. «Elles arrivent dans une gare, les réquisitions prévoient qu'elles peuvent faire l'objet d'un contrôle de leurs affaires personnelles et notamment qu'elles doivent ouvrir leurs sacs», a-t-il expliqué.

09H02

Un dispositif «sans précédent», incluant notamment la quasi-totalité des effectifs de gendarmerie mobile, sera déployé samedi en France pour la journée d'action des gilets jaunes, a annoncé le directeur général de la gendarmerie nationale, Richard Lizurey. «Demain (samedi), la journée verra l'engagement de 106 escadrons sur 109 sur la totalité du territoire national, qu'il s'agisse de la métropole ou de l'outre-mer. (...) Il n'y a aucun précédent de cette ampleur. Les opérations précédentes ont conduit à engager jusqu'à 90 escadrons», a déclaré le général Lizurey sur CNEWS. «C'est lié à la situation qui est exceptionnelle et la préparation qui doit être la nôtre pour la préparer dans la sérénité et la fermeté», a-t-il poursuivi.

08H48

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, en a appelé vendredi aux entreprises, soulignant que «tout le monde doit faire sa part» face à l'«urgence sociale absolue» dont témoigne la crise des gilets jaunes.

Muriel Pénicaud reçoit vendredi matin à son ministère les organisations syndicales et patronales avec cinq autres membres du gouvernement. Elle a confirmé que seraient sur la table des discussions, le sujet de la prime transport et le versement d'une prime exceptionnelle défiscalisée et exonérée de charges.

6H20

Emmanuel Macron ne s'exprimera qu'«en début de semaine prochaine» sur la crise des gilets jaunes, afin de ne «pas mettre d'huile sur le feu» avant un samedi de manifestations qui s'annonce particulièrement tendu.

Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, a annoncé ce vendredi à l'AFP que «le président, lucide sur le contexte et la situation», avait décidé d'attendre avant de prendre la parole comme le réclament une partie de l'opposition et des manifestants.

Revivez la journée du 6 décembre

20h30

Cent des 547 rencontres de compétitions fédérales prévues ce week-end ont été reportées en raison des blocages, a annoncé la Fédération française de rugby (FFR). 

20h20

Interrogé sur une éventuelle démission, le Premier ministre a rétorqué que sa «mission, c'est d'atteindre les objectifs du président de la République, avec la confiance de la majorité [...] et du président». 

20h19

Une douzaine de blindés sera déployée, a affirmé Edouard Philippe. En tout, 89.000 membres des forces de l'ordre seront mobilisés dans toute la France, et 8.000 à Paris, a-t-il ajouté, tout en leur rendant hommage. 

20h19

«L'expression de cette colère [...] qui pendant longtemps a été sourde, muette, elle s'est cristallisée et elle a explosé. Elle a explosé de manière inédite», a-t-il reconnu.

20h13

«Nous avons entendu la colère des Français», a affirmé Edouard Philippe interrogé par Gilles Bouleau sur TF1.

«Cette hausse a cristallisé les colères, c'est un geste d'apaisement». «Aucune taxe ne méritant de remettre en cause l'unité nationale, nous avons pris la décision de l'annuler», a-t-il ajouté.  

19h58

A la demande de la préfecture du Gard, le match Nîmes-Nantes a été reporté. 

19h32

Le président de la Conférence des évêques de France a appelé au dialogue, quelques jours avant la nouvelle manifestation. 

«Nous appelons chacun à assumer ses responsabilités et à accepter les voies de dialogue qui sont possibles pour que les choix nécessaires puissent être assumés dans le respect de chacun», a déclaré Monseigneur Georges Pontier, dans un communiqué. «Seul un dialogue courageux et constructif pourra contribuer à la recherche du bien commun», a-t-il ajouté. 

19h20

Un homme de 29 ans a été condamné à Bordeaux à un an de prison ferme pour des vols en réunion et par effraction lors des dégradations au péage de Virsac (Gironde).

Deux autres prévenus ont écopé de six mois de prison avec sursis et d'une amende de 1.000 euros par le tribunal correctionnel. 

18h45

Selon une information de l'Essor de la gendarmerie nationale, une quinzaine de blindés sera déployée samedi. 

«Ce 4X4 blindé de treize tonnes peut emporter treize gendarmes. Il peut être équipé d'une lame pour déblayer une barricade», a indiqué le mensuel. «Ce déploiement d'engins blindés, réservés aux situations les plus dégradées est très symbolique. Il marque la volonté de l'Etat d'afficher sa fermeté», a-t-il ajouté.

En plus de ces véhicules, l'Essor précise que «la Gendarmerie a décidé de mobiliser toutes ses forces pour les manifestations de samedi». 

18h28

La Société d'Exploitation de la tour Eiffel (SETE) a fait savoir que le monument sera fermé samedi. 

«Les manifestations annoncées samedi 8 décembre à Paris ne permettant pas d'accueillir les visiteurs dans de bonnes conditions de sécurité, SETE a pris la décision de fermer la tour Eiffel au public toute la journée», peut-on lire dans un communiqué. 

17h34

Le parcours de la marche pour le climat qui aura lieu samedi à Paris a été modifié pour éloigner l'événement des Champs-Elysées, ont annoncé les organisateurs. 

Elle «partira à 14H00 de Nation et se terminera par un rassemblement place de la République avec des prises de parole suivies d'un concert avec de nombreuses personnalités». A l'origine, elle devait démarrer du Trocadero et se diriger vers le Champ-de-Mars. 

17h31

La ville de Bordeaux, théâtre de violents heurts samedi dernier, a annoncé que des dizaines d'établissements culturels seront fermés samedi. 

La grande bibliothèque de Bordeaux-Mériadeck, le musée d'Aquitaine, celui des Beaux-Arts, le Jardin Botanique et l'opéra n'ouvriront pas leurs portes. 

17h06

La préfecture de police de Paris a appelé les commerçants des Champs-Elysées à fermer leurs boutiques samedi, lors de «l'acte IV» du mouvement des «gilets jaunes». 

Elle les invite à «fermer les portes et accès», «mais aussi à sensibiliser leurs personnels sur les risques encourus».  

16h49

Le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau a appelé le gouvernement à «casser les casseurs», estimant qu'«ils n'ont droit à aucune excuse».

«Nous ne devons supporter aucun attaque aux forces de l'ordre, de la sécurité civile», «nous ne devons tolérer aucun acte de vandalisme, aucun acte qui profane les symboles les plus sacrés de la République» a-t-il déclaré face au Sénat lors du débat avec le Premier ministre. 

«Ce ne sont pas des actes de résistance» mais «des actes de barbarie qu'il faut punir de la façon la plus sévère», a expliqué le sénateur de Vendée. «Ce que nous demandons, c'est de casser les casseurs». 

16h42

Le groupe socialiste de l'Assemblée nationale a lancé un «appel à la responsabilité» pour que les manifestations prévues samedi se déroulent «sans heurt». 

«Depuis trois semaines, les Françaises et les Français expriment leur colère [...] Si nous comprenons cette colère, nous condamnons en revanche fermement les dégradations et les violences qui depuis trois semaines abîment notre pays», ont expliqué les députés socialistes dans un communiqué. «Nous formons un appel à la responsabilité pour que les manifestations de ce samedi 8 décembre puissent se dérouler sans heurt, afin que les revendications, légitimes, ne soient pas entachées de débordements, de violences et de blessés», ont-il ajouté, précisant qu'ils apportaient leur «soutien» aux forces de l'ordre. 

16h00

Pour huit français sur dix, les mesures annoncées mardi par le gouvernement «interviennent trop tard», selon un sondage OpinionWay.

Ils sont également 69% à considérer qu'il s'agit d'«un premier pas dans la bonne direction», mais qu'elles «ne vont pas assez loin». Pour 65% des sondés, ces nouvelles mesures «sont l'occasion pour les 'gilets jaunes' d'ouvrir le dialogue avec le gouvernement». 

En revanche, seuls 38% des Français considèrent que ces mesures «rendent injustifié le maintien des manifestation prévues», et 27% seulement pensent qu'elles sont suffisantes pour répondre aux revendications des «gilets jaunes». 

16h00

Le port de Saint-Malo a été débloqué par les forces de l'ordre. Trois personnes ont été interpellées, selon la préfecture. 

Depuis mardi, les navires de la Brittany Ferries assurant la liaison Saint-Malo/Portsmouth (Grande-Bretagne) avaient été déroutés sur le port de Ouistreham à cause des blocages. 

15h40

Des maires tentent d'organiser le dialogue avec les citoyens en colère en leur ouvrant leurs mairies, et ont appelé au calme avant la nouvelle journée de mobilisation samedi. 

«Le temps du dialogue et de l'échange est venu. Tout le monde doit y prendre part», a déclaré l'Association des maires de France (AMF), demandant à toutes les communes de relayer «un appel au calme, au dialogue et à l'arrêt des violences». Confrontés au mécontentement des Français, particulièrement ceux des territoires ruraux et des petites communes, les élus veulent favoriser la concertation locale et participer à la prise de décisions. 

15h04

Des «moyens exceptionnels» vont être mobilisés samedi à Paris en plus de 65.000 forces de l'ordre, a annoncé Edouard Philippe devant le Sénat. 

Le Premier ministre a de nouveau invité les manifestants à ne pas se rendre à Paris, non pas pour leur «interdire de s'exprimer» mais pour «éviter qu'ils soient pris au piège que leur tendent les casseurs». «Nous continuerons à faire preuve de la plus grande fermeté. Nous nous battrons contre la haine et contre la violence», a-t-il déclaré. 

14h28

«Dans la période si grave que traverse la France, j'appelle chacun à la mesure et au refus de toutes les formes de violences. Elles engendreraient les pires dérives dont la République serait la première victime», a écrit François Hollande dans un communiqué.

13h04

Saint-Etienne - OM, match de Ligue 1 prévu ce week-end, a été reporté à la demande de la Préfecture de la Loire.

12H39

David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale, a expliqué sur franceinfo que les forces de l'ordre s'attendaient samedi «à des évènements de violences urbaines, de guérilla urbaine» qui pourraient être «totalement inédits par leur ampleur». Il dénonce également, au nom des policiers, «l'irresponsabilité» de certains responsables politiques qui «mettent les forces de l'ordre face à des mouvements insurrectionnels».

«Il faut se préparer à la possibilité que des gens qui veulent secouer les institutions, casser du flic, casser des bâtiments, puissent venir et sans doute en nombre plus important que la semaine dernière», a estimé David Le Bars, avant d'avouer l'inquiétude et même la peur ressenties par les policiers.

12H35

La confédération des commerçants de France s'inquiète des baisses de chiffre d'affaires. «Nous ne sommes pas contre la revendication, nous en avons aussi, mais c'est certain que nous sommes inquiets par rapport à nos baisses de chiffre d'affaires. Ils baissent de samedi en samedi», a déclaré Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France.

11H55

Les associations des maires ruraux et des petites villes de France demandent à leurs élus d'ouvrir leurs mairies samedi, jour de mobilisation annoncée des gilets jaunes, pour permettre aux citoyens d'exprimer leur colère et leurs revendications. Contre «la surdité» de ceux qui gouvernent, les maires veulent «permettre à chacun de nos concitoyens d'exprimer verbalement leur colère», écrivent l'Association des maires ruraux (AMRF) et l'Association des petites villes de France (APVF) dans un communiqué commun.

«Lors de cette journée, le rôle du maire et du conseil municipal sera d'écouter, d'enregistrer et de faire remonter l'information, sans prendre parti, sans juger, sans contredire...», poursuivent-elles. Une synthèse départementale des «doléances et propositions» devrait, selon elles, être ensuite diffusée «au gouvernement, au parlement et aux médias».

11H08

Le Parti socialiste, La France insoumise et le Parti communiste vont déposer une motion de censure contre le gouvernement lundi. «Nous avons décidé de lancer une motion de censure lundi prochain», a assuré le chef de file des socialistes, Olivier Faure, lors d'un point presse organisé à l'Assemblée nationale. Bien que lancée par des groupes de gauche, celle-ci sera ouverte «largement» à tous les députés qui le souhaitent, a précisé le député communiste Pierre Dharreville.

10H50

Reçus ce jeudi matin au ministère des Transports, les syndicats CGT et FO du transport routier ont maintenu leur appel à la grève à partir de dimanche soir, mais pourront le lever s'ils obtiennent un «engagement écrit» du patronat sur les heures supplémentaires.

«Pour le moment, il y aura grève à partir de dimanche soir 22H00. Il manque un engagement formel de la part des employeurs (...), une garantie écrite» sur le maintien de l'indemnisation des heures supplémentaires, a déclaré Patrice Clos, secrétaire général de FO-Transports, à la presse à l'issue de la réunion. «Nous exigeons que les patrons s'engagent par un accord que l'on peut faire ce soir, demain matin...», a indiqué Jean-Marc Lambert de la CGT-Transports.

10H45

Les sept syndicats ont dénoncé jeudi «toutes formes de violences dans l'expression de revendications» des gilets jaunes, au lendemain de la demande d'Emmanuel Macron aux partis politiques, mais aussi aux partenaires sociaux, de «lancer un appel clair et explicite au calme».

Jugeant que la mobilisation des gilets jaunes a «permis l'expression d'une colère légitime», la CFDT, la CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, l'Unsa et la FSU appellent aussi «le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations», à l'issue d'une rencontre entre leurs numéros uns respectifs au siège de la CFDT.

10H32

Richard Ferrand a estimé que «la raison doit revenir», à deux jours d'une mobilisation à hauts risques à Paris, tout en critiquant les responsables politiques faisant preuve d'«irresponsabilité» en appelant à manifester.

Mais «quand je lis dans Le Parisien que le patron du Medef dit 'quelle bonne idée d'augmenter le Smic à condition que l'État le paie', et que les mêmes disent 'il faut moins de dépenses publiques+', je me dis que les irresponsables ne sont pas que politiques», a lancé le président de l'Assemblée nationale sur Radio Classique, en jugeant qu'«il va falloir que les entreprises prennent aussi leurs responsabilités» face à «la question salariale».

Richard Ferrand s'est inquiété d'un mouvement «anti-taxes, anti-impôts, anti-État, anti-élites, anti-Macron», qui ne porte «pas de projet».

10H16

Eric Drouet, l'une des figures du mouvement des gilets jaunes, a déclaré sur BFM vouloir investir le palais présidentiel pour être «écouté». «Ça ressemble à quoi ? À un putsch ce que vous voulez faire ?», lui a demandé le journaliste Bruce Toussaint. «Non mais tous les gens veulent aller là-haut, a répondu Eric Drouet. C'est le symbole de ce gouvernement.» «Vous arrivez devant l'Élysée, et vous faites quoi ?», l'a relancé le journaliste. «On rentre dedans», a rétorqué Eric Drouet.

10H02

Alors que les services de l’Etat craignent «une très grande violence» samedi à Paris, l’hypothèse de voir des blindés de l’armée déployés dans les rues parisiennes a pris de l'épaisseur ces dernières heures.

Leurs principales missions : dissuader les casseurs de reproduire le même type de violences que celles commises lors de l’«acte 3» des «gilets jaunes», samedi 1er décembre, et dégager rapidement les potentielles barricades dressées par les manifestants afin de faciliter l’intervention rapide des CRS.

09H50

Laurent Wauquiez a salué jeudi le «geste d'apaisement» de l'exécutif avec la confirmation du renoncement pour 2019 aux augmentations de taxes sur les carburant, en demandant à nouveau à Emmanuel Macron de s'exprimer face aux Français.

«Dans cette période, on doit avoir une seule préoccupation : la sortie de crise. Chacun doit prendre ses responsabilités. On a besoin de paroles politiques qui appellent à l'apaisement», a déclaré le président des Républicains sur Europe 1. «Oui, ce qui a été annoncé par François de Rugy hier, l'annulation des hausses de taxes, est un signe d'apaisement. C'est même le signe d'apaisement qui était enfin attendu. Et il est bien qu'il arrive, même si on a beaucoup perdu de temps», a poursuivi le président de LR.

08H42

Deux des principaux syndicats lycéens, le SGL et la FIDL, appellent à deux nouvelles journées de blocages, jeudi 6 décembre et vendredi 7 décembre. En pleine crise des gilets jaunes, les lycéens protestent de leur côté contre la réforme du baccalauréat et contre Parcoursup.

07H57

Le premier adjoint PS à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire a appelé Emmanuel Macron à s'exprimer et le gouvernement à faire des «propositions plus convaincantes» pour tenter d'éviter une explosion de violence samedi dans la crise des gilets jaunes. Emmanuel Grégoire a exprimé sur RTL son «inquiétude car on voit bien que la crise n'est pas dénouée, les annonces du Premier ministre n'ont pas suffi». «Il nous paraît urgentissime que le gouvernement accompagne mieux, dans le dialogue, avec des propositions plus convaincantes auprès des 'gilets jaunes'», pour «désamorcer cette crise d'ici samedi».

Avant cette mobilisation à hauts risques dans la capitale, la maire Anne Hidalgo sera reçue avec les maires d'arrondissement par le préfet de police ce jeudi «en fin de journée» pour faire le point sur le dispositif de sécurité, a indiqué M. Grégoire.

06H55

Ce jeudi, le Premier ministre Edouard Philippe poursuit au Sénat un débat engagé mercredi à l'Assemblée pour défendre les mesures prises en urgence : outre l'annulation pour l'heure de la taxe carbone, il s'agit d'un gel des tarifs du gaz et de l'électricité cet hiver, et du renoncement à durcir le contrôle technique automobile avant l'été.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles